4 missions d'un « family office »

 |   |  1009  mots
STRONG>1 - Piloter la stratégie d'investissement au sens largeL'une des principales missions du family office est de définir, à l'instar d'un gestionnaire de patrimoine, la stratégie d'investissement. Il conseille le client, établit une allocation stratégique à long terme en adéquation avec ses souhaits et objectifs. Pour mener à bien cette mission, des prestataires sont sélectionnés, le plus souvent par appel d'offres.Mais il s'agit d'une stratégie d'investissement au sens large, comprenant toutes les classes d'actifs. « Notre intervention ne se limite pas au financier. L'immobilier, l'investissement dans le non coté, l'art ou toute autre classe alternative, peut aussi être couverte », détaille François Mollat du Jourdin, président de MJ Family Office.Le family office a également sous sa responsabilité la supervision et le contrôle des prestataires sélectionnés. Il doit aussi s'assurer que les résultats sont conformes aux objectifs définis dans l'appel d'offres. Enfin, il est chargé de réaliser un compte rendu détaillé des investissements pour son client. À noter que la politique familiale repose avant tout sur la sécurisation et la valorisation du patrimoine. « Le rôle du family office, en l'espèce, s'articule autours de trois axes principaux, avec en toile de fond, la sensibilité de l'investisseur : le premier passe par une analyse complète de la composition des actifs familiaux, le second favorise la détermination des objectifs familiaux, le dernier fixe les besoins de revenus », conclut Renzo Evangelista, auteur de l'ouvrage « Le Family Office ». C. D.2 - Organiser juridiquement et fiscalement le patrimoine« Il ne s'agit pas de rajouter un conseil de plus. Nos clients disposent généralement déjà d'avocats et conseils spécialisés, prévient François Mollat du Jourdin, président de Financière MJ-Family Office. L'objectif est de travailler avec eux, d'utiliser et de coordonner au mieux ces ressources, pour définir et mettre en place la meilleure structuration ». Car, comme l'explique Bernard Camblain, membre du directoire de Meeschaert Family Office dans la revue Banque Privée : « si le chef de famille consulte un spécialiste, un fiscaliste ou un notaire, pour préparer la transmission de l'entreprise, il va obtenir de chacun d'eux des réponses impeccables du point de vue du technicien concerné, mais souvent incompatibles, si ce n'est opposées. D'où la nécessité d'accompagnement pour expliciter les différentes positions, servir de conseiller ou de partenaire de discussion avec la famille afin de définir la solution la plus appropriée ». Autre exemple : créer une société civile pour détenir des actifs immobiliers et en profiter pour organiser un démembrement de propriété entre les parents et les enfants. Dans un tel cas, « il est de plus en plus fréquent qu'il nous soit demandé, en coopération avec le notaire, de réunir la famille afin d'exposer aux enfants la stratégie de transmission que souhaitent initier les parents », indique François Mollat du Jourdin. Le « family office » joue alors, là encore, le rôle de « trait d'union » entre les différents intervenants. C. D.3 - Pacifier les relations entre les membres de la familleIl s'agit avant toute chose de mettre en place les règles du jeu, c'est-à-dire une gouvernance. « La gouvernance tend à donner les moyens de respecter au sein d'une famille les besoins et attentes individuels autour d'un projet collectif lié à la préservation de l'actif familial. Pour ce faire, la famille s'agrège autours de valeurs partagées qui constituent l'ADN familial », explique Renzo Evangelista dans son ouvrage « Le Family Office ». Le rôle du family office est clair : « il doit avant tout s'efforcer de comprendre la nature des relations entre les membres de la famille, les raisons de telle ou telle opposition, les voies à suivre pour arriver au résultat recherché, à une absence de conflit et, si possible même, à un consensus », résume Bernard Camblain dans son ouvrage « Family Office et Famille ». Concrètement ? Cela passe très souvent par une formation des différents membres de la famille. En cas de non compréhension et donc de conflit potentiel, le « family office » joue même souvent le rôle de médiateur. « Un actionnariat familial stable se travaille, se construit au fil du temps. C'est un processus indispensable pour une entreprise qui prend de la valeur et de l'ampleur », prévient François Mollat du Jourdin, président de MJ Family Office. À tel point qu'il n'est donc pas rare de voir un family office avoir recours aux services d'un psychologue familial, des coachs etc. pour résoudre - ou prévenir - les conflits. C. D.4 - Prendre en charge les petits tracas de la vie quotidienneUn client fortuné se trouve souvent face à une paperasserie administrative. Le « family office » peut prendre en charge par exemple la gestion des assurances automobiles ou préparer les documents nécessaires pour une bonne déclaration d'impôt. Dans ce pôle, on retrouve également une activité qui constitue une vraie spécialité pour ces derniers. Il s'agit de la conciergerie. Comprendre : rendre un maximum de services dits de commodités à ses clients. « La conciergerie regroupe des services personnalisés d'agrément, auxquels s'ajoute un accès à un secrétariat privé, susceptible de répondre à toutes les demandes. Ils sont peu ou prou, une évanescence de la fonction de concierge proposée par les hôtels les plus prestigieux », résume Renzo Evangelista. Concrètement il s'agit par exemple de prendre soin des résidences secondaires des clients (embauche de personnels, mise à disposition d'une voiture avec chauffeur, entretien, jardinage etc.), d'inscrire des membres d'une famille dans une école à l'étranger, de trouver un pied à terre à New York pour un jeune en stage mais aussi d'organiser des événements à titre privé (voyages) ou encore permettre l'accès ponctuel à des prestations exceptionnelles. « Cette activité est très accessoire, il ne s'agit bien évidemment pas de notre quotidien. D'autant que notre mission est davantage de « faire bien faire » que « de faire », insiste François Mollat du Jourdin. C. D.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :