Bruxelles reste évasive sur les détails de l'aide au Portugal

 |   |  378  mots
?php $cleengFullBodyContent = array ( 'price' => 0.49, 'itemType' => 'article', 'shortDescription' => 'Bruxelles reste évasive sur les détails de l\'aide au Portugal', 'url' => 'http://latribune.fr/journal/edition-du-1105/economie-international/1157688/bruxelles-reste-evasive-sur-les-details-de-l-aide-au-portugal.html', 'pageTitle' => 'Bruxelles reste évasive sur les détails de l\'aide au Portugal | La Tribune', 'shortUrl' => NULL, 'contentId' => 166606701, ); $cleengPageId = "620927"; $cleengBody = "Les pays se succèdent mais la communication du commissaire en charge des affaires économiques et monétaires ne change pas. « C\'est un programme ambitieux mais réaliste », a dit mardi Olli Rehn après l\'adoption par le collège réuni à Strasbourg du plan d\'ajustement et de réformes ficelé la semaine dernière à Lisbonne. Il avait employé les mêmes termes pour la Grèce et l\'Irlande. Le paquet portugais, qui comprend 78 milliards d\'euros de prêts, à raison d\'un tiers venant du FMI et deux tiers de la Facilité européenne de stabilisation de l\'euro, comporte « trois piliers » : consolidation fiscale, réformes structurelles et consolidation du secteur financier. Il doit encore être approuvé par les ministres des Finances lundi à Bruxelles. hypothèses de croissanceCependant, Olli Rehn est resté évasif sur le contenu précis du programme. S\'il a insisté sur le besoin « de réformes structurelles pour créer de la croissance et de l\'emploi », il n\'a pas dit lesquelles. Il a indiqué que le déficit public devrait être ramené à 5,9 % du PIB en 2011, 4,5 % en 2012 et 3 % en 2013 mais sans indiquer les hypothèses de croissance !La Commission est doublement contrainte. D\'abord le Parlement finlandais qui devait voter mercredi soir sur l\'aide au Portugal pourrait conditionner le soutien d\'Helsinki à une participation des investisseurs aux coûts du sauvetage, dont rien n\'indique qu\'elle figure dans le programme Commission-BCE-FMI. Surtout, le programme va se trouver au centre de la campagne électorale portugaise.Olli Rehn a également éludé la question grecque. S\'agissant d\'éventuels besoins de financement additionnels de la Grèce, il a indiqué que les experts européens et du FMI étaient en train d\' « évaluer la soutenabilité de la dette grecque, y compris ses besoins de financement ». Bruxelles se donne ensuite « quelques semaines » pour « décider des prochaines étapes ». Florence Autret, à Bruxelles"; include_once($_SERVER["DOCUMENT_ROOT"]."../inc/cleeng/CleengLayer.php"); ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :