Infosys partenaire d'Alstom en recherche-développement

 |   |  398  mots
Le groupe français d'énergie et de transports Alstom et la SSII de Bangalore Infosys ont annoncé mardi un partenariat dans la recherche-développement (R&D). Selon les deux compagnies, des « investissements stratégiques substantiels seront engagés dans les cinq ans à venir pour développer une nouvelle génération de solutions dans le secteur de l'énergie ». L'objectif, explique dans une interview à « La Tribune » BG Srinivas, membre du comité exécutif de la deuxième SSII indienne, est d'aider Alstom « dans la recherche sur les technologies qui font leur coeur de métier », la conception de nouvelles turbines par exemple. Infosys travaillera également avec Alstom dans « les nouveaux secteurs (où ce dernier intervient désormais), comme l'éolien, la géothermie, la capture de carbone, etc. ».renforcement des moyensAlors qu'Alstom dispose déjà d'équipes de R&D sur les campus d'Infosys à Mysore (Inde du Sud) et Pune (près de Bombay), l'accord annoncé le 11 mai devrait se traduire par un net renforcement des moyens déployés, avec une équipe de l'ordre de 200 personnes, ajoute le vice-président de la SSII. Ce partenariat met en évidence une activité d'Infosys beaucoup moins connue que les services informatiques ou la sous-traitance : la R&D pour le compte de clients, qui représente déjà 7 % à 8 % du chiffre d'affaires du groupe indien. Cet accord intervient alors qu'Infosys veut se développer fortement en Europe. Le Vieux Continent représente 27 % de l'activité d'Infosys contre 62 % pour les états-Unis, mais il est en forte croissance : « + 45 % par an durant les cinq années ayant précédé la crise de 2009 », précise BG Srinivas, responsable basé à Londres des activités européennes de la SSII. L'objectif est de porter la part de l'Europe à 35 % des activités, en se concentrant sur quelques marchés clés comme la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la France. La part de notre pays dans le chiffre d'affaires du groupe est pour le moment « insignifiante », déplore BG Srinivas. « Les entreprises françaises hésitent davantage (que beaucoup d'autres) à sous-traiter à l'étranger, explique le patron Europe d'Infosys, mais les très grosses comprennent qu'elles ont besoin de partenaires globaux. » Infosys, qui emploie 200 personnes en France, est donc persuadé que la soixantaine d'entreprises françaises « qui ont des ambitions mondiales », peut nourrir une croissance forte de ses activités en Inde dans les toutes prochaines années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :