Corruption : Alstom accusé au Brésil, Sanofi mis en cause en Chine

 |  | 690 mots
Lecture 3 min.
Deux grands groupes français mis en cause dans des supposées histoires de corruption à l\'étranger. Après Sanofi, mis en cause jeudi par un journal chinois pour avoir corrompu des médecins pour augmenter ses ventes, Alstom est accusé d\'avoir versé des pots-de-vin pour décrocher des contrats dans l\'Etat de Sao Paulo, a rapporté jeudi le quotidien brésilien \"O Estado de Sao Paulo\". Citant des documents de la police régionale, le journal indique que dix personnes sont impliquées dans cette affaire de corruption, dont deux ex-ministres de cet Etat du sud-est du Brésil, deux dirigeants de l\'entreprise énergétique publique EPTE et des responsables d\'Alstom. Interrogé par l\'AFP, le groupe s\'est refusé à tout commentaire mais a affirmé, dans un communiqué adressé à l\'AFP, qu\'elle \"suivait un strict code éthique\".Métro de Sao PaoloEn 2008, des procureurs fédéraux brésiliens et les autorités fiscales françaises et suisses avaient enquêté sur de supposés pots-de-vin versés par Alstom entre 1995 et 2003 afin de remporter les contrats pour équiper le métro. La presse brésilienne avaient à l\'époque rapporté qu\'Alstom avait payé 6,8 millions de dollars pour obtenir un contrat de 45 millions de dollars pour l\'extension du métro de Sao Paulo. Selon des documents de la police fédérale, les autorités suisses avaient saisi 7,5 millions d\'euros provenant de ces pots-de-vin supposés sur un compte conjoint ouvert à la banque Safdie aux noms de deux fonctionnaires proches du gouvernement de Sao Paulo et du parti social-démocrate brésilien (PSDB), au pouvoir dans cet Etat. Selon \"O Estado de Sao Paulo\", cette somme a été versée par l\'intermédiaire de sociétés offshore basées en Uruguay et au Brésil. L\'argent a ensuite été blanchi en Suisse, au Luxembourg, à New York et au Lichtentstein.Sanofi visé en ChineSouvent suspectée, la corruption dans le domaine des médicaments est une nouvelle fois dénoncée. En Chine cette fois. D\'après des révélations faites jeudi 8 août par le 21st Century Business Herald, un journal chinois, le laboratoire Sanofi serait éclaboussé par l\'affaire des supposés pots-de-vin versés à des hôpitaux et à des médecins chinois par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK). Un dénonciateur anonyme affirme en effet dans les colonnes de ce quotidien économique que Sanofi aurait soudoyé, fin 2007, 503 médecins et 79 hospitaliers à Shanghaï, Pékin, Hangzhou et Guangzhou. Les sommes versées s\'élèveraient à 207.000 euros au total. Le montant le plus important accordé à un médecin s\'élèverait à l\'équivalent de 1.300 euros. Le journal chinois précise qu\'il a refusé de publier le nom des médecins incriminés.L\'ensemble du secteur pharmaceutique chinois sous le coup d\'une enquêteJeudi après-midi, Sanofi se refusait à tout \"commentaires sur des événements qui se seraient déroulés en 2007\". Néanmoins, le laboratoire français avait reconnu au début d\'août qu\'un de ses onze bureaux situés en Chine avait été inspecté par l\'administration publique chargée de l\'industrie et du commerce, dans le cadre d\'une enquête pour manipulation de prix et corruption visant l\'ensemble du secteur.3 milliards de yuans de pots-de-vinA la suite de ses investigations, la police chinoise a procédé au placement en détention de quatre membres de la direction chinoise du GlaxoSmithKline. Ils sont accusés d\'avoir versé jusqu\'à 3 milliards de yuans (soit environ 366,5 millions d\'euros) de pots-de-vin à des fonctionnaires et médecins chinois par l\'intermédiaire d\'agences de voyage pendant six années.Les autorités chinoises ont également inspecté au mois d\'août une installation de production appartenant au laboratoire danois Novo Nordisk, ce laboratoire pourrait donc peut être être également concernés. Mais comme pour Sanofi, cela reste à prouver. Les résultats de l\'enquête de la commission d\'Etat chinoise attendue pour bientôt devraient apporter de l\'eau au moulin des accusateurs... 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :