Syrie : Paris et Washington maintiennent la pression, l'Onu condamne des “crimes contre l'humanité“

 |   |  630  mots
La date est lourde de sens. En ce 11 septembre, la situation en Syrie continue de faire l\'objet d\'intenses tractations diplomatiques. La Tribune fait le point.Paris exige un \"contrôle effectif \" des armes chimiques présentes en SyrieEn France, François Hollande a convoqué un Conseil de défense. Au cours de la nuit, après la proposition russe consistant à placer l\'armement chimique de la Syrie sous contrôle international, Paris a exigé des \"engagements précis, rapides et efficaces\" de Damas. Après le Conseil de défense, le président français \"a souligné la détermination de la France à explorer toutes les voies au Conseil de sécurité des Nations unies, pour permettre au plus vite un contrôle effectif et vérifiable des armes chimiques présentes en Syrie\", selon un communiqué.>> Hollande assure que \"la France n\'agirait pas seule\" contre la SyrieL\'Onu ne confirme pas l\'usage des armes chimiques par les forces gouvernementalesLa commission d\'enquête de l\'Onu a remis son  rapport sur l\'usage des armes chimiques en Syrie. Elle mentionne - sans les confirmer - des \"allégations (...) concernant l\'utilisation d\'armes chimiques, principalement par les forces gouvernementales\".  \"Sur la base des éléments de preuve actuellement disponibles, il n\'a pas été possible de parvenir à une conclusion quant aux agents chimiques utilisés, leur système vecteur ou les auteurs de ces actes. Les enquêtes se poursuivent\", est-il indiqué dans ce rapport rédigé par des experts. Toutefois, ce dernier souligne que \"les forces du gouvernement et de ses partisans ont continué de lancer des attaques généralisées contre la population civile, commettant meurtres, tortures, viols et disparitions forcées constitutifs de crimes contre l\'humanité\", au moins sur la période étudiée, soit entre le 15 mai et le 15 juillet. Un rapport de Washington fin août concluait que ces armes chimiques avaient bien été utilisées par l\'armée syrienne, provoquant la mort de 1.429 morts dont 426 enfants.  Une affirmation niée par Damas.Etats-Unis : Obama temporise mais maintient l\'armée sur ses positionsLors de son intervention télévisée du 10 septembre, le président américain a repoussé le vote du Congrès sur une attaque de la Syrie. Il temporise en affirmant vouloir donner une chance à la diplomatie. A propos de l\'initiative russe, il a affirmé qu\'elle pouvait \"permettre de mettre un terme à la menace des armes chimiques sans recourir à la force, en particulier parce que la Russie est l\'une des plus puissants alliées d\'Assad\". Cependant, au cours de son allocution ce dernier a continué à défendre l\'éventualité d\'une intervention. Ne pas répliquer à l\'usage des armes chimiques par le gouvernement de Damas, dont la véracité a été officiellement reconnue par les Etats-Unis, reviendrait à autoriser de nouvelles exactions de ce type.Pour tenter de persuader les citoyens américains du bien-fondé d\'une action militaire, il a fait appel à l\'histoire, rappelant l\'usage des gaz pendant la première et la deuxième guerre mondiale. \"Nos idéaux et principes, ainsi que notre sécurité nationale sont en jeu en Syrie, de même  que notre place de meneur dans un monde où nous cherchons à nous assurer que les pires armes ne seront jamais utilisées\", a notamment déclaré le chef d\'Etat américain. Barack Obama déclare enfin avoir \"donné l\'ordre à (son) armée de garder ses positions actuelles, pour maintenir la pression sur Assad et afin d\'être prête à réagir si la diplomatie échoue\".------ Pour aller plus loin: >> Entre la Chine et la Syrie, c\'est une question de pétrole, pas de principe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :