CMA CGM rompt ses discussions avec le Qatar

 |   |  268  mots
CMA CGM compte toujours boucler les négociations pour sa recapitalisation avant la fin du mois. Mais avec qui ? Lundi, Jacques Saadé, le fondateur du numéro trois mondial du transport maritime de conteneurs, a indiqué que les discussions avec le fonds souverain Qatar Holdings étaient rompues. « Les conditions posées étaient trop dures » a-t-il expliqué, au Havre, où était baptisé le navire amiral du groupe, le « Christophe Collomb », en présence de la ministre de l'Économie, Christine Lagarde, marraine de cette unité. Les discussions semblaient pourtant bien avancées et les banques créancières de l'armateur avaient visiblement donné leur aval au projet, dans lequel les nouveaux actionnaires auraient détenu 49 % du capital du groupe marseillais. Jacques Saadé, devenu en début d'année président du conseil d'administration en raison d'un changement de gouvernance demandé par les banques, a aussi confirmé que le fonds américain Colony Capital s'était retiré du dossier. Malgré le départ de ces deux investisseurs donnés comme favoris pour entrer au capital, Jacques Saadé a redit, devant Christine Lagarde, qu'il espérait que le Fonds stratégique d'investissement (FSI) « serait partie prenante ». Le FSI « attend que nous ayons trouvé un autre partenaire pour confirmer », a-t-il précisé. Mais le président du FSI, Gilles Michel, a souligné que le fonds qatari était « crédible et sérieux ». Et indiqué, à l'attention de l'armateur, qu'il « n'y aura pas d'accord sans compromis ». Plombé par une dette de quelque 5,5 milliards de dollars fin 2010, CMA CGM, dont l'activité se redresse, prépare une augmentation de capital de 300 à 500 millions de dollars. Ingrid Seithume

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :