Flash infos

Emirates n'en a pas fini avec ses commandes d'Airbus A380. Déjà premier client du superjumbo avec 90 appareils commandés, la compagnie aérienne de Dubai devrait encore en ajouter une trentaine. Son président, Tim Clark, a confirmé mardi à Reuters nos informations : le plan de flotte du transporteur prévoit à terme une flotte de 120 A380 (« La Tribune » du 8 juin). « Nous en voudrions plus [que les 90 actuels, Ndlr], a-t-il expliqué. Nous avons besoin de 120 appareils. Nous n'avons pu les commander, car cela faisait trop pour ici [l'aéroport actuel de Dubai]. » Il y a là de quoi gonfler un carnet de commandes qui donne déjà le tournis, avec ses quelque 200 gros-porteurs. Et de quoi devenir, à terme, le premier transporteur aérien mondial (Emirates exploite déjà plus de 150 gros-porteurs).Ce dynamisme agace au sein des compagnies établies, au premier chef Air France-KLM. Le groupe français ne cesse de dénoncer les supposées subventions de l'émirat-actionnaire à sa compagnie, ce que celle-ci dément. « Nous avons grandi sans aides, grâce à un modèle d'entreprise fondé sur des considérations commerciales, et nous ne voyons aucune raison de nous excuser pour ce que nous avons réussi », a déclaré Tim Clark. Actuellement, la querelle porte sur l'accès aux crédits-exports pour l'achat d'Airbus et de Boeing, dont ne peuvent bénéficier Air France et toutes les compagnies françaises, allemandes, anglaises, espagnoles et américaines en vertu d'un vieil accord transatlantique. « Seulement 20 % de nos avions ont été financés de cette manière », a répliqué Tim Clark. Fabrice Gliszczynsk

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.