Obama va demander à BP de créer un fonds de dédommagement

 |   |  407  mots
Lors de son rendez-vous prévu mercredi avec les dirigeants de BP, dont le discret président du conseil d'administration Carl-Henric Svanberg, Barack Obama va demander au groupe pétrolier de mettre sur pied un fonds dédié au règlement des dommages et intérêts liés à la marée noire qui touche le golfe du Mexique. C'est ce qu'a indiqué dimanche David Axelrod, le principal conseiller du président américain. « Nous voulons nous assurer que l'argent est mis en séquestre pour répondre aux demandes légitimes d'indemnisation », a-t-il déclaré sur NBC. Barack Obama va également demander la création d'une instance indépendante pour administrer ces indemnités, évaluées à plusieurs milliards de dollars.De nouvelles estimationsLe président américain va consacrer au moins la première moitié de la semaine à tenter de convaincre son opinion publique qu'il reprend la situation en main. Lundi et mardi, il se rend sur place pour la quatrième fois depuis l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon le 22 avril. Il va dans les États qu'il n'a a pas encore visité, l'Alabama, le Mississippi et la Floride. « À son retour, il s'adressera à la nation depuis la Maison-Blanche », a précisé David Axelrod. Un mode de communication, très rare, utilisé par les présidents américains en cas de crise, de catastrophe ou de guerre.De son côté, l'amiral des garde-côtes américains Thad Allen a demandé dimanche au pétrolier britannique de lui présenter dans la journée un nouveau plan prévoyant la récupération de davantage de pétrole. Cette exigence répond aux nouvelles estimations, publiées par les autorités américaines à la veille du week-end, qui établissent que la fuite de brut est deux fois plus importante que les précedents chiffres affichés. Entre 20.000 et 40.000 barils de pétrole s'échapperaient chaque jour, bien loin des évaluations initiales de BP, de 5.000 barils par jour.Pression sur les dividendesLe groupe pétrolier tient lundi un conseil d'administration qui doit notamment décider s'il versera à ses actionnaires leurs dividendes trimestriels le 27 juillet. Face à la pression américaine en faveur du gel de ce paiement ou son transfert dans le futur fonds, le temps que le montant total des indemnités soit arrêté, le ministre britannique aux Affaires étrangères William Hague a déclaré dimanche que « BP décidera lui même ». M.-C. L

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :