ArmementLa Russie conditionne l'achat de porte- hélicoptères...

 |   |  352  mots
La Russie conditionne l'achat de porte- hélicoptères à un transfert de technologiesL'achat des quatre Mistral français a été au centre de la visite de Vladimir Poutine à Paris.Jusqu'où la France est elle prête à transférer des technologies sensibles à un pays non membre de l'Otan pour vendre du matériel militaire français ? Le premier ministre russe Vladimir Poutine a confirmé, lors de sa visite à Paris jeudi et vendredi, que la Russie conditionnait toujours l'acquisition par son armée de quatre porte hélicoptères français Mistral à un transfert de technologies. « Pour nous, le plus important, c'est d'acheter les technologies », a déclaré le ministre de l'industrie Viktor Khristenko. « Nous disposons de nombreux chantiers navals en Russie, explique l'enourage de Vladimir Poutine, les négociations portent sur l'équipement militaire et le transfert de technologies. »inquiétude de la GéorgieNicolas Sarkozy a réaffirmé vendredi sa volonté de traiter la Russie comme « un partenaire, y compris en matière de sécurité et de défense ». « Dès lors qu'on veut que la Russie se comporte comme un partenaire, il faut la traiter comme un partenaire », a t-il expliqué, selon l'Élysée.La vente de quatre bâtiments de projection et de commandement (BPC) capables d'embarquer 16 hélicoptères ou une quaranaine de chars lourds inquiète pourtant plusieurs pays voisins de la Russie, en tout premier lieu la Géorgie. L'amiral Vladimir Vysotsky, a expliqué il y a quelques mois qu'avec un tel navire la Russie aurait atteint ses objectifs militaires en Géorgie en 40 minutes seulement lors de l'offensive de 2008.Le président français a souligné que si la décision de vendre le BPC Mistral  a des avantages économiques pour la France, elle constitue « avant tout un signal politique que la France voulait envoyer à la Russie ». La France et la Russie doivent se partager la fabrication de quatre navires, dont le premier serait fabriqué dans les chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). L'acquisition de technologies modernes est devenue une priorité pour la Russie qui multiplie les joint ventures avec les entreprises occidentales. Xavier Harel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :