Le Vietnam a tout à gagner à une Chine moins compétitive. Ha...

 |   |  182  mots
Le Vietnam a tout à gagner à une Chine moins compétitive. Hanoi a enregistré une croissance moyenne de 6 % au cours des cinq dernières années, soit l'une des plus fortes de la zone Asie, grâce au dynamisme de son industrie, qui représente 40 % du produit intérieur brut. Le secteur textile, moteur de la croissance, s'appuie sur une main-d'oeuvre moins chère que celle de la Chine (96 dollars en moyenne par mois pour le salaire de base d'un ouvrier en 2009) et une fiscalité attractive. Grâce notamment au développement de zones industrielles, le gouvernement a réussi à tripler le flux des investissements étrangers entre 2007 et 2008, passé de 20 à 64 milliards de dollars. Si le Vietnam paraît bien placé en Asie du Sud-Est pour profiter d'une baisse de compétitivité chinoise, il s'agit davantage d'une alternative que d'une solution. Le pays reste dépendant de l'importation de matières premières pour pouvoir produire, et ne dispose pas d'espaces ou de réserves de main-d'oeuvre suffisants pour concurrencer son grand voisin sur le long terme. S. R.Une alternative solide à la ChineVietnam

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :