Les marques de luxe sont ébranlées

 |   |  360  mots
Les zones touchées par le séisme et le tsunami ne sont pas celles où les grandes enseignes internationales de luxe se concentrent. Pas un seul des 192 magasins de PPR n'a été détruit. Mais les titres des grands groupes de luxe ont tous dévissé ce lundi en Bourse : ? 3,1 % pour LVMH, ? 2,5 % pour PPR, ? 3,1 % pour Hermès et même ? 4,4 % pour Burberry.Le marché japonais du luxe est le deuxième marché au monde, derrière les États-Unis. À lui seul, le pays représentait environ 11 % des ventes mondiales de produits de luxe en 2010, estimées à près de 168 milliards d'euros, selon l'étude annuelle du cabinet de conseils Bain & Company. Il pèse même 19 % du chiffre d'affaires annuel d'Hermès, 14 % du pôle luxe du groupe PPR, 16 % des ventes de LVMH et pas moins de 19 % des ventes de Burberry, pionnier du luxe au Japon. Et le pays accueille 6,5 % des exportations françaises de prêt-à-porter féminin. Sur ce segment, il se range au deuxième rang mondial, derrière les États-Unis (7 % environ). Dès lors, tout le monde s'inquiète égoïstement de l'impact de cette catastrophe sur la consommation nippone de sacs à main et d'habillement made in France. « Il est certain », affirme François-Marie Grau, directeur des études de la Fédération du prêt-à-porter féminin. D'autant que l'an dernier, le marché japonais avait presque recouvré la santé, en devenant le premier débouché à l'export des fabricants français de mode. Les exportations de prêt-à-porter féminin avaient progressé de 26,6 % par rapport à 2009, se hissant à 157 millions d'euros. « C'était la locomotive des exportations françaises », observe, à regret, François-Marie Grau. Les entreprises françaises de mode féminine doivent donc revoir leur copie, sans pouvoir se retourner sur le marché chinois encore très embryonnaire. Les tenants du luxe pourront, eux, compter sur la consommation chinoise. En dépit de très lourdes taxes à l'importation, le pays devrait afficher une croissance de 25 % des ventes de produits de luxe chaque année, pour se hisser à la première des places du marché mondial en 2020, selon Credit Lyonnais Securities Asia.Juliette Garnie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :