France Télécom s'allie au koweïti Agility pour entrer en Irak

 |   |  351  mots
cite>France Télécome;lécom s'est allié au groupe koweïti de logistique Agility pour conclure un accord leur permettant d'entrer au capital de Korek Telecom, le numéro trois du mobile en Irak, à hauteur de 44 %. Leur coentreprise, détenue à 54 % par Agility et à 46 % par France Télécome;lécom, va apporter au total 211 millions d'euros en numéraire - dont 175 millions versés par l'opérateur français - et 204 millions d'euros en prêts d'actionnaires sur quatre ans. La transaction se ferait sur la base d'un multiple de l'ordre de cinq fois l'excédent brut d'exploitation de Korek. France Télécome;lécom dispose d'options d'achats auprès d'Agility et des actionnaires actuels pour monter par étapes jusqu'à 51 % du capital à partir de 2016. Pénétration du mobile à 73 %Actuellement contrôlé par le neveu du président du Kurdistan Massoud Barzani, le petit opérateur irakien compte un peu moins de 3 millions de clients, essentiellement au Kurdistan, bien loin derrière la filiale du koweïti Zain (12 millions de clients) et l'irakien Asiacell (plus de 8 millions). En Irak, où vivent 33 millions d'habitants, la pénétration du mobile, moins élevée que dans les pays voisins, est estimée autour de 73 %. En 2007, Korek a obtenu l'une des trois licences nationales et compte étendre son activité opérationnelle dans le reste du pays, où il emploie plus de 2.500 personnes. France Télécome;lécom et Agility sont en fait déjà partenaires au Kenya. Les deux groupes s'étaient associés en 2007 pour prendre 51 % de l'opérateur historique Telkom Kenya, dans une coentreprise détenue à 78,5 % par le français et à 21,5 % par Alcazar, un fonds de capital-investissement scindé d'Agility en 2009. Ce groupe de logistique, autrefois appelé Public Warehousing Co, a notamment signé d'importants contrats avec l'armée américaine en Irak. Coté à la Bourse du Koweit et à Dubai, Agility réalise un chiffre d'affaires annuel de près de 6 milliards de dollars avec plus 25.000 employés dans 100 pays. Il avait investi au capital de Korek en 2007, en lui accordant un emprunt convertible de 250 millions de dollars.Delphine Cuny

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :