Alerte haussière soudaine sur la pâte à papier

 |   |  448  mots
Les Anglais parlent de «perfect storm», ou tempête parfaite : les cours de la pâte à papier, ou pulpe de bois, sont au coeur d'une tourmente qui ne peut que les tirer à la hausse. Les tremblements de terre qui ont dévasté le Chili et la grève portuaire qui sévit en Finlande pourraient bien propulser la pâte à papier au-delà de ses plus-hauts historiques, et ce moins d'un an après des prix planchers, de 600 dollars la tonne de pulpe de bois. La Finlande et le Chili sont en effet deux gros producteurs de pulpe, puisqu'ils produisent à eux deux 12 % du marché. Les cours de la tonne de pulpe ont progressé de 20 dollars la semaine dernière, à 875,62 dollars la tonne si l'on en croit l'indice FOEX. Il s'agit de la progression la plus rapide constatée depuis sept ans. Et les spécialistes de la société RISI, spécialistes des produits du bois, craignent une envolée des cours au-delà des 1000 dollars la tonne. Car les problèmes venus soudainement frapper l'offre de pulpe touchent un secteur encore en convalescence. La chute de la demande de papier, liée à la crise économique dans les pays occidentaux a été accentuée par le recul des ventes de journaux et le remplacement du papier par le web (presse, courrier, documents). Les papeteries sortent de plusieurs années de fermeture de sites et de vagues de licenciements. Et les stocks de pulpe ont été revus à la baisse, à la fois pour assainir les comptes et s'ajuster à la morosité du marché. De 32 jours en moyenne sur les vingt dernières années, ils sont tombés à 20 jours début 2010. Or la demande est justement en train de se reprendre, notamment en Asie où la consommation de papier connaît une forte expansion.Les deux premiers producteurs de pâte à papier, au Chili, ont du fermer bon nombre de leurs sites de production, dont certains ont été inondés par le tsunami consécutif à la secousse. Ainsi, Celulosa Arauco, dont 34 sites sur 35 sont actuellement fermés, s'est déclaré vendredi en situation de force majeure.En Finlande, les deux premiers papetiers européens avaient déjà plusieurs sites fermés en raison de la grève portuaire qui bloque toutes les exportations maritimes du pays depuis le début du mois.L'impact de la hausse des prix de la pâte ne devrait pas tarder à se répercuter sur les prix du papier. Le producteur M-real Oyj, troisième producteur de papier finlandais, a déjà relevé ses tarifs de 15 % à partir d'avril prochain. En Chine, un producteur a relevé les prix du papier de 150 dollars par tonne, à 1050 dollars la tonne cette semaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :