Un milliard d'affamés sur Terre

 |   |  294  mots
Triste record que celui annoncé hier par l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) : la crise économique mondiale a jeté cette année quelque 100 millions d'hommes, de femmes et d'enfants supplémentaires dans l'insécurité alimentaire, portant le nombre d'individus souffrant de la faim au-delà du milliard. Du jamais-vu depuis quarante ans. Si les explications sont faciles ? la crise économique a réduit les transferts de fonds des émigrés au pays, rogné les revenus des exportations, provoqué une baisse des investissements publics et privés, le tout induisant des pertes de revenus pour les familles, sans oublier le fait que le prix des denrées agricoles, même en baisse, est encore élevé après les pics des dernières années ? les remèdes, en revanche, sont moins aisés à trouver. l'afrique la plus touchéeIl faut, selon le rapport de la FAO, augmenter les investissements publics et privés pour dynamiser le secteur agricole, surtout dans les pays en développement. Ainsi, une route de campagne financée par l'État permet de désenclaver une région, dont la production agricole peut être vendue sur le marché, le tout incitant familles et industriels à accroître leurs activités et leurs investissements dans l'agriculture. De son côté, l'économiste américain Jeffrey Sachs recommande, à l'échelle de la planète, le triplement des investissements pour l'agriculture et la sécurité alimentaire. Ce qui permettrait, selon lui, aux petites exploitations africaines de passer d'« une économie de subsistance à une économie commerciale durable ». L'Afrique reste en effet la plus touchée par la faim, la République démocratique du Congo ayant les taux de déficience calorique, de malnutrition et de mortalité adolescente les plus élevés au monde. L. J. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :