2009, année record pour les rémunérations à Wall Street

 |   |  381  mots
Dans la foulée des résultats annuels de JP Morgan publiés vendredi, les banques américaines s'apprêtent à dévoiler les bonus qu'elles vont distribuer et qui pourraient bien atteindre des niveaux historiques. Selon les calculs du « Wall Street Journal », le total des rémunérations (fixe + bonus) versées par les principaux établissements financiers américains devrait être en croissance de 18 % par rapport à 2008, pour atteindre le niveau record de 145 milliards de dollars (100 milliards d'euros).Pourtant, même si le patron de Goldman Sachs pour l'Allemagne et l'Europe de l'Est estimait, jeudi, que les banques n'avaient pas pour objet de « promouvoir le bien public », l'opinion, qui est aussi le contribuable, s'indigne, de part et d'autre de l'Atlantique, des montants faramineux dont il est question. À cet égard, Barack Obama, dans la foulée de la présentation de sa taxe sur les banques jeudi (voir « La Tribune » du 15 janvier), a déclaré à propos des bonus, qu'il a qualifiés d'« obscènes », qu'il « n'exclut pas » de légiférer sur ce sujet. Selon le « New York Times », Goldman Sachs s'apprête à verser un salaire moyen de 595.000 dollars à l'ensemble de ses employés. Les banques doivent « faire leur boulot »De son côté, Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, a rappelé vendredi les principes en matière de rémunérations dans les banques. « Nos démocraties politiques n'acceptent plus des comportements qui doivent disparaître, qui ne sont plus acceptés par nos sociétés », a-t-il déclaré sur France Inter. « Le principe que nous demandons aux banques de respecter, c'est de mettre de côté le plus possible ce qui est nécessaire pour se renforcer et être capables de faire leur boulot ». Il a estimé que les banques devaient respecter « des principes sur les rémunérations qui font l'objet d'un consensus mondial ».Celui-ci avait été dégagé en septembre dernier dans le cadre du G20 de Pittsburgh, et portait notamment sur l'étalement des bonus dans le temps et leur répartition entre cash et titres. Des initiatives unilatérales ont ensuite été prises par la Grande-Bretagne et la France, pour taxer les bonus. Reste à savoir si l'administration Obama mettra sa menace à exécution pour emboîter le pas à la vieille Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :