CONTREPOINT Les bonnes surprises budgétaires à venirEn parta...

CONTREPOINT Les bonnes surprises budgétaires à venirEn partant de très bas, on donne l'impression de remonter la pente dès qu'une embellie se profile. C'est un peu ce qui se passe avec les déficits budgétaires affichés par la plupart des pays développés. Il suffit que la reprise, aussi modeste soit-elle, apporte un peu d'argent dans les caisses de l'État et voilà que l'effet d'optique joue à plein?: les investisseurs ont l'impression que les comptes s'améliorent. À cela s'ajoute une réalité, plus concrète, cette fois?: certains États ont effectivement engrangé des recettes supplémentaires ou vont le faire en 2010. Non pas grâce à la reprise, mais grâce à la crise? De fait, au-delà des injections de fonds, ils ont parfois apporté leur garantie aux banques, pour qu'elles puissent continuer de traiter sur les marchés. Or, de la même façon qu'il faut payer une prime à une compagnie d'assurance, les États ont fait payer ce filet de sécurité aux banques. De même, toujours dans le cadre de la crise financière, certains gouvernements se sont chargés, sous la forme de « bad banks », des créances douteuses des institutions bancaires. Malgré les craintes, la descente aux enfers n'a pas forcément eu lieu et la décote n'a pas été aussi forte que prévu. Du coup, l'État est plus riche. Autant dire que, si le poids de la dette est toujours là, le c?ur est un peu plus léger. L. J. B.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.