Inquiet pour la reprise économique, le FMI abaisse ses prévisions de croissance

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement abaissé lundi ses prévisions de croissance mondiale pour 2012 et 2013, estimant que la reprise économique montrait de \"nouveaux signes de faiblesse\" notamment en zone euro et aux Etats-Unis. Evoquant un \"léger recul\" par rapport à ses projections d\'avril, le Fonds prévoit désormais que le Produit intérieur brut (PIB) mondial progressera de 3,5% en 2012 et de 3,9% (-0,2%) en 2013, dans une mise à jour de ses perspectives économiques mondiales.Nouveaux signes d\'affaiblissement de la repriseAnnoncée début juillet par la patronne du FMI Christine Lagarde, cette révision n\'est pas une surprise mais elle recèle une subtilité: les estimations du Fonds étant arrondies, la nouvelle prévision pour 2012 est identique à la dernière et ne traduit en apparence aucune évolution, puisque le taux de croissance mondiale annoncé en avril était déjà de 3,5%. \"Dans les trois derniers mois, la reprise mondiale, qui n\'était déjà pas très forte, a montré de nouveaux signes d\'affaiblissement\", estime le FMI dans son nouveau rapport, citant sans surprise les \"tensions\" croissantes dans la \"périphérie de la zone euro\". Le Fonds relève principalement \"l\'incertitude politique et économique croissante\" en Grèce et les \"problèmes\" du secteur bancaire en Espagne, tout en se demandant \"jusqu\'à quand\" leurs partenaires européens seront prêts à leur venir en aide. Cette incertitude conduit à abaisser de 0,2 point la prévision de croissance dans la zone euro l\'année prochaine (0,7%).Concernant la France, l\'institution prévoit désormais +0,3% de croissance en 2012, soit 0,1 point de moins qu\'attendu en avril, et de +0,8% l\'année prochaine, en recul de 0,2 point. Pour rappel, le gouvernement s\'attend à une croissance de +0,4% cette année et de +1,2% en 2013. Le FMI a également pris note des difficultés économiques de l\'Espagne. En avril, le Fonds tablait déjà sur une contraction du PIB espagnol en 2012 mais espérait une faible croissance (+0,1%) en 2013. La récession devrait finalement se poursuivre l\'année prochaine avec un recul de 0,6% du PIB. Petite consolation, le FMI estime que la récession sera moins sévère que prévu cette année (-1,5% contre -1,8% prévu en avril).Les Etats-Unis et les pays émergents sous surveillanceLe Fonds, qui avait relevé ses prévisions en avril, s\'inquiète également de ce qu\'il est convenu d\'appeler le \"mur budgétaire\" aux Etats-Unis, la première économie du globe, où des réductions d\'impôts doivent expirer à la fin de l\'année en même temps qu\'entreront en vigueur des baisses de dépenses publiques. En l\'absence d\'accord politique sur ce \"fiscal cliff\", \"la croissance américaine pourrait caler l\'année prochaine, avec des retombées significatives sur le reste du monde\", s\'inquiète le Fonds qui revoit légèrement à la baisse ses prévisions pour les Etats-Unis (2,0% en 2012, 2,3% en 2013). Pour compléter ce tableau sombre, le FMI estime également que le \"potentiel de croissance\" pourrait être mois fort que prévu dans les pays émergents, dont l\'Inde, le Brésil et la Chine.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.