ACS souhaite s'offrir Hochtief pour grandir à l'étranger

 |   |  330  mots
Parachever son recentrage sur son coeur de métier tout en gagnant une stature internationale et en prenant pied sur des marchés parfois plus porteurs que l'Europe occidentale : c'est l'objectif de l'OPA lancée par le numéro un espagnol de la construction ACS sur son homologue allemand Hochtief, dont il détient déjà 30 % du capital. Le groupe de Florentino Perez propose huit actions nouvelles ACS pour cinq actions Hochtief, soit 2,75 milliards d'euros pour 70 % du capital. Alors qu'en 2009, ACS a réalisé 85 % de son chiffre d'affaires en Europe occidentale et 9 % en Amérique du Sud, seuls 20 % du chiffre d'affaires d'Hochtief provenaient d'Europe occidentale, contre 43 % d'Amérique du Nord et 11 % d'Asie. Hochtief détient notamment une filiale réputée en Australie, Leighton holdings.offre jugée peu attractiveLa partie n'est pas gagnée. Comme toujours dans ce type d'opérations, des investisseurs allemands jugent déjà l'offre peu attractive et risquent fort d'obliger ACS à la relever. Au-delà, le pari qu'ACS fait avec Hochtief n'a rien d'aisé. Vinci s'était penché sur le dossier en 2007 lorsque 25 % du capital de l'allemand étaient à vendre avant de renoncer. Gérer une filiale australienne depuis l'Hexagone paraissait délicat à Xavier Huillard, alors directeur général du groupe français. Au-delà, le moment est-il bien choisi pour ACS pour se renforcer en Amérique du Nord ?Mais, outre son intérêt stratégique, l'opération sur Hochtief aurait un intérêt financier pour ACS, dont la dette nette atteignait 10,5 milliards d'euros fin juin. En intégrant l'allemand, ACS pourrait ramener sa dette à plus de quatre fois son bénéfice brut d'exploitation sans toucher à la manne de 2,4 milliards d'euros issue de la vente cet été de sa filiale services portuaires et logistiques Dragados, puis de 15,55 % du concessionnaire Abertis. Florentino Perez garderait ainsi la main pour monter en puissance dans l'énergie alors qu'il se bat pour porter sa participation dans Iberdrola de 12,6 % à 20 %, au grand dam de l'énergéticien.S. Sa.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :