Fessenheim : la mission de Rol-Tanguy débute par un affrontement avec la CGT

 |   |  587  mots
La précaution prise par le gouvernement de choisir un homme proche des communistes pour fermer la centrale nucléaire de Fessenheim a tout de suite montré ses limites. Nommé mercredi en conseil des ministres, Francis Rol-Tanguy, fils du grand résistant communiste Henri-Rol Tanguy, ancien directeur de cabinet du ministre des Transports Jean-Claude Gayssot (PCF), n’a pas pu vendredi entrer dans la centrale. « Un bel acte de résistance », s’est immédiatement félicitée la CGT dans un communiqué.\"Arrivé à zéro on a repoussé M. Tanguy sur le trottoir d\'en face\"\"Ce matin il y a eu une assemblée générale du personnel, elle a décidé que M. Tanguy ne devait pas rentrer\", a expliqué à l\'AFP le délégué CGT du site Jean-Luc Cardoso. \"Le personnel lui a signifié qu\'il n\'avait rien à faire ici, parce qu\'on n\'a pas besoin de liquidateur\", a-t-il ajouté. \"Les gens ont fait un décompte, et arrivé à zéro on a repoussé M. Tanguy sur le trottoir d\'en face\", a-t-il expliqué, ajoutant que les salariés voulaient accomplir \"un geste fort\".\"Maintenant, on va attendre de voir ce que M. Tanguy va dire avant de voir quelles actions on va entreprendre la semaine prochaine\", a-t-il conclu. \"J\'aurais préféré que le dialogue s\'engage aujourd\'hui, mais il s\'engagera en janvier\", a réagi Francis Rol-Tanguy devant des journalistes, ajoutant qu\'il comprenait \"très bien la première réaction des salariés de Fessenheim\".\"La CGT continuera à se battre\"Rien ne presse en effet puisque c’est fin 2016 que François Hollande s’est engagé à fermer cette centrale nucléaire, la plus ancienne en activité en France, qui emploie 800 agents EDF et 250 prestataires. La CGT a tout de suite fait connaître la couleur. « La CGT continuera à se battre contre ce qui représente un gaspillage industriel, économique, environnemental et social », a indiqué la centrale dans son communiqué. « Le gouvernement n’en a-t-il pas assez avec Florange, PSA, Pétroplus… pour décider de lui-même une fermeture d’une entreprise pour faire un cadeau à ses alliés politiques ? », a ajouté le syndicat. Le rôle de Francis Rol-Tanguy a été précisé par le décret du 11 décembre 2012 créant son poste de délégué interministériel. Il \"est chargé de préparer et de coordonner (...) les opérations nécessaires à la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et à la reconversion du site\". Pour ce faire, il devra conduire en lien avec l\'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) la négociation d\'un protocole d\'accord avec EDF, l\'exploitant de la centrale.Quatre ans pour négocier toutes les conditions de la fermetureCet accord devra porter sur \"les conditions juridiques, techniques, économiques et sociales de la fermeture\", \"les conditions de démantèlement de l\'installation\", \"les modalités d\'accompagnement des salariés\" et \"les modalités de participation d\'EDF concernant l\'avenir du bassin de vie et d\'emploi de Fessenheim\". Le délégué a également pour mission d\'élaborer un \"plan permettant d\'assurer l\'équilibre du réseau (d\'alimentation électrique) local, national et, le cas échéant, transfrontalier\". En ce qui concerne l\'aspect reconversion du site, le délégué devra élaborer une \"stratégie globale\" prenant en compte l\'impact direct de la fermeture sur l\'ensemble des activités économiques locales. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :