Le Grenier à Pain part à la conquête des gourmets chinois

 |   |  324  mots
« J'ai été prévenu : en Chine, on ne mange pas de pain ! C'est exactement le même discours que l'on me tenait au sujet des Japonais voilà vingt ans. Or, aujourd'hui, 20 % de la population de l'Archipel mange du pain ». Michel Galloyer, le fondateur de la chaîne de boulangeries pâtisseries Le Grenier à Pain, ne s'est jamais laissé décourager. Le mois dernier, l'entrepreneur a ouvert le premier établissement à son enseigne à Chongqing, une ville de 34 millions d'habitants située dans la province du Sichuan, dans le centre du pays. « Mon partenaire local, Yuhan Li, a organisé l'ouverture en grande pompe. Beaucoup de monde s'est déplacé, il y avait des accordéonistes, même la télévision était là ! », se félicite le boulanger dont l'enseigne est présente au Japon, au Liban, en Russie et à Singapour. Pour Michel Galloyer, la conquête du marché chinois constitue un pari peu risqué. « Comme dans les autres pays, je ne suis pas entré au capital de la société mais je lui ai vendue une licence de marque (« master licence ») », explique-t-il. Le Grenier à Pain restera toutefois très impliqué dans la croissance de l'établissement dont il a formé le personnel à Angers. « Nous lui enverrons de nouvelles recettes tous les deux mois et l'un de nos employés français deux fois par an », précise Michel Galloyer. Le Grenier à Pain emploie désormais un auto-entrepreneur à plein temps dans le pays. Car d'ici à la fin 2012, Yuhan Li et Michel Galloyer comptent ouvrir en Chine une quarantaine de « greniers », identiques à ceux présents en France. « Nous n'y comptons pas vraiment de concurrents. Paul est présent mais fait de la restauration, nous pas, et les boulangeries chinoises proposent du pain huilé traditionnel », note Michel Galloyer. En novembre 2011, Yuhan Li ouvrira « une école de boulangerie pâtisserie à mon nom », se félicite le responsable qui, malgré les Cassandre, est bien déterminé à s'imposer en Chine. E. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :