Avec QQi, le mastodonte chinois Tencent s'attaque à MSN et Yahoo

 |   |  495  mots
Martin Lau a tenu parole. En mai, le président de Tencent Holdings s'est engagé à internationaliser « graduellement » le premier groupe Internet chinois et le troisième au monde en termes de capitalisation boursière. Une étape majeure a été franchie jeudi avec le lancement simultané d'une version anglaise, japonaise et française de QQ, le logiciel de messagerie instantanée la plus populaire de l'ex-Empire du milieu. QQ y règne sans partage ou presque : le système de messagerie compte 636 millions d'utilisateurs et disposait d'une part de marché domestique de 77 % à la fin 2009, contre 4,2 % pour MSN, le service du concurrent américain Microsoft. Officiellement, la « version 1 » de QQ International (QQi), dont l'emploi est gratuit, n'a pas vocation à entrer frontalement en concurrence avec MSN ou Yahoo Messenger. Le logiciel permettra surtout à « ses utilisateurs à l'étranger d'entrer en connexion avec leurs amis et leurs clients chinois », assure la direction de Tencent... précisant toutefois que QQi est désormais accessible à « pratiquement tout le monde à travers le monde » entier. Outre son service de messagerie instantanée, QQi propose des applications gratuites liées à la Chine donnant accès à des offres d'emploi, des répertoires, des informations et des offres de séjour touristique grâce à des partenariats avec ChinaDaily.com et Ctrip.com.Nouvelles languesTencent dispose déjà d'une expérience avec les internautes étrangers. L'an dernier, le groupe a lancé une version test de QQi destinée aux expatriés vivant en Chine qui revendique plus de deux millions de comptes enregistrés. De plus, le mastodonte chinois s'est associé à son principal actionnaire, le premier groupe africain de médias, Naspers, basé à Johannesburg, pour entrer au capital de prometteuses start-ups. Mais contrairement à Google qui, au cours des neuf premiers mois de 2010, a dépensé 1,6 milliard de dollars pour acquérir une vingtaine d'entreprises essentiellement américaines, Tencent et Naspers visent les marchés émergents. Cette année, les deux partenaires ont conjointement dépensé 688 millions de dollars pour prendre une participation dans le groupe russe Mail.ru, lui-même actionnaire de Facebook. En 2008, Tencent est entré au capital d'une filiale de Naspers en Inde avant d'acquérir 49,9 % du thaïlandais Sanook, qui appartient aussi au groupe sud-africain. Le partenariat entre Tencent et Naspers a démarré en 2001 lorsque le groupe africain a dépensé 32 millions de dollars pour prendre 46,5 % du capital de l'entreprise chinoise, dont le service de messagerie instantanée comptait alors 18 millions d'utilisateurs. Fondé en 1998, Tencent a profité de l'expérience internationale de Naspers qui, pour sa part, s'est enrichi : après l'introduction en Bourse de Tencent en 2004, la participation de Naspers a été ramenée à 34 % mais elle est actuellement valorisée à 14 milliards de dollars, la capitalisation du chinois s'élevant à 43 milliards de dollars ! Les deux partenaires débordent d'ambitions pour QQi. Au début 2011, Tencent lancera son premier site de socialisation en anglais. Et d'après le site américain TechCrunch, des versions de QQi dans de nouvelles langues sont aussi en préparation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :