NetBooster vise l'Asie et l'Amérique latine

 |   |  531  mots
Alors que le rush des fêtes de fin d'année est lancé sur le Net, Pascal Chevalier, PDG de NetBooster, groupe indépendant de communication interactive, affiche un optimisme sans faille. Les quelque 20 % de croissance du e-commerce hexagonal sur les trois premiers trimestres de l'année 2010 sont autant de promesses de développement par le groupe, pionnier du référencement sur Internet. « La communication interactive s'appuie sur deux marchés, la publicité en ligne et le e-commerce. En 2010, le chiffre d'affaires de ce dernier devrait, en France, dépasser les 30 milliards d'euros. Internet n'a pas vraiment connu la crise », observe Pascal Chevalier. Et de rappeler que le groupe (31 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2009), créé en 1998 à Paris et introduit en Bourse en 2006, tire les trois quarts de ses revenus de la chaîne du commerce en ligne et de ses programmes de marketing de la performance. Présent en EuropeMieux, si dans l'Hexagone le commerce en ligne tend à devenir une activité mature, en Asie, il n'en est qu'à ses prémices, son potentiel de développement est donc exponentiel. Or l'Asie tout comme l'Amérique latine sont les deux des zones de développement du groupe. D'ici à 2012, 35 % de ses revenus devraient ainsi provenir de ces zones émergentes. « D'ores et déjà, la France ne représente plus que 25 % de notre chiffre d'affaires et nous comptons renforcer nos positions en Asie, nous sommes déjà présents en Chine et aux Philippines ainsi qu'en Amérique latine où nous possédons une filiale au Brésil », indique le président.En attendant, c'est par l'Europe, où il est déjà implanté dans huit pays, que passe la croissance du groupe dont le chiffre d'affaires au 30 juin 2010 s'établissait à 21,5 millions d'euros, en progression de 26 % par rapport au premier semestre 2009, et la marge brute à 10,6 millions d'euros (+ 33 %). Après avoir annoncé, début décembre, son intention de se porter acquéreur de l'ensemble des actions de sa filiale danoise Guava, dont il détient 70 % du capital, NetBooster étudie plusieurs dossiers pour renforcer ses positions en Europe, où il est d'ores et déjà présent dans huit pays : France, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Allemagne, Danemark, Suède, Finlande. Une stratégie de croissance externe d'autant plus nécessaire que le groupe, qui emploie aujourd'hui quelque 440 collaborateurs, joue dans une cour où la concurrence est ardue. Outre pléthore d'acteurs locaux spécialisés, il doit résister à la pression des grands réseaux comme Publicis, Aegis Media, Havas. Une concurrence qui n'affole pas Pascal Chevalier : « L'agilité, l'expertise, la réactivité nous permettent de faire face tout comme la croissance de nos clients et le gain de nouveaux budgets. » En novembre dernier, huit clients dont le site de pari en ligne EurosportBet, Mondial Assistance, The North Face ou encore Dunlopillo, sont venus rejoindre les historiques Ebay, Lastminute ou encore le groupe Accor. Des clients pour lesquels NetBooster développe, outre ses programmes et des outils de search marketing, une entité d'études, de veille et de conseil baptisée Little Big Lab. Son rôle : détecter les places d'audience et les conservations pour en faire demain des sources de revenus pour les marques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :