Bourse : les thèmes à jouer en 2011

 |   |  520  mots
Après une décennie marquée par plusieurs crises (Internet, immobilière, bancaire, financière, boursière...), les doutes sont nombreux et la confiance n'est plus de mise. Comment, dès lors, prendre ses marques à l'aube d'une nouvelle année boursière ? « L'atonie de la croissance économique ne constitue pas nécessairement un obstacle à la performance des investissements », rappelait récemment la société de gestion danoise Sparinvest. Pour preuve, certaines valeurs ou fonds affichent des performances exceptionnelles sans jamais sembler tenir compte des excès de morosité du marché. Qu'elles soient alimentées par des flux d'achat importants de la part des investisseurs ou par de bonnes perspectives de long terme, les dynamiques positives qui nourrissent ces performances apportent deux atouts primordiaux dans le contexte actuel : la visibilité et la stabilité.À quoi ressemblera l'année 2011 ? Une nouvelle descente aux enfer ou un rally boursier ? Bien malin qui le dira. Mais une chose semble acquise en cette fin d'année : certains thèmes boursiers sont plus porteurs que d'autres pour bénéficier de la reprise ou, au contraire, se prémunir de la chute. Et le moment est sans doute venu de miser dessus, si ce n'est déjà fait. « La Tribune » en a sélectionné quatre, en vogue ces derniers temps, et a demandé à des experts de livrer leur analyse pour 2011.D'abord, les problématiques d'infrastructures, qui deviennent essentielles avec le vieillissement de la population dans les pays développés et l'amélioration du niveau de vie des populations émergentes.Autre thème qui a le vent dans le dos : l'approche dite « value », qui privilégie les titres décotés. Cette catégorie affiche des performances soutenues et régulières en traversant les crises sans accident majeur. Un sacré atout en cette période d'incertitude. Les obligations convertibles méritent également le détour pour leur côté sécuritaire, même si elles ont été fortement impactées par la crise de 2008.Champions de l'année 2010, les marchés émergents ont beaucoup progressé. Mais il reste peut-être encore un réservoir d'appréciation, à condition de bien choisir...Aujourd'hui, même si, au regard du faible rendement offert par les autres classes d'actifs, le consensus semble assez positif pour les actions en 2011, mieux vaut rester prudent et adopter une stratégie « ceinture et bretelles » en attendant que l'horizon se dégage. Un portefeuille qui résiste mieux dans les périodes difficiles sera toujours plus performant dans la phase haussière qui suit, puisque davantage de capital a été préservé... Bien entendu, on a beau réduire la volatilité d'un portefeuille, on ne sera jamais à l'abri d'un nouveau séisme boursier.C'est pourquoi la première des choses à faire avant d'investir à nouveau en Bourse est de nettoyer convenablement son ou ses portefeuilles boursiers. La question est particulièrement d'actualité cette année. En effet, dès 2011, le traditionnel « seuil de cession » disparaîtra, sans parler de l'alourdissement des plus-values et les prélèvements sociaux (voir interview). Un excellent moyen de repartir du bon pied et de remettre les compteurs à zéro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :