Le marché automobile européen commence à flancher

 |   |  426  mots
Les constructeurs automobiles le redoutaient depuis plusieurs mois, mais, cette fois, les chiffres sont là : les ventes de voitures neuves en Europe ont flanché en avril, de 7,4 % par rapport au même mois de 2009, pour atteindre 1,135 million d'unités. Elles enregistrent ainsi leur première baisse depuis dix mois. Sur les quatre premiers mois de l'année 2010, le bilan reste positif, avec une progression de 4,8 % par rapport à la période équivalente de 2009. Mais l'Association européenne des constructeurs automobiles (Acea), qui publie ces statistiques, fait valoir que le marché européen affiche cette année un repli de 11,6 % si on le compare aux quatre premiers mois de 2008, avant donc le début de la crise financière.arrêt des primes à la casseLa baisse enregistrée le mois dernier tient essentiellement à l'arrêt des primes à la casse dans un certain nombre de pays, et notamment sur le principal marché européen, l'Allemagne. Berlin a mis fin en septembre à son généreux plan de soutien à l'achat de voitures économes en carburant (jusqu'à 2.500 euros par véhicule), une fois consommé le budget alloué à ce dispositif. Depuis, le marché allemand est en fort repli. En avril, il a dégringolé de 31,7 % par rapport au même mois de 2009. Et sur les quatre premiers mois de 2010, il est en baisse de 25,5 %. En France, où les primes à la casse ont été rabotées depuis janvier mais pas supprimées, les immatriculations de voitures neuves ont progressé de 1,9 % en avril et de 13,4 % sur quatre mois. Et en Espagne, où le gouvernement veut mettre un terme au dispositif instauré voilà un an, les ventes ont bondi de 39,3 % en avril et de 43,2 % depuis janvier.BMW redresse la têteDans un marché européen ainsi porté par les primes, les deux constructeurs français, spécialistes des petits modèles, tirent plutôt bien leur épingle du jeu. PSA, avec ses deux marques Peugeot et Citroën, s'arroge 13,9 % des ventes et progresse de 1,2 point en un an. Renault gagne lui aussi du terrain, avec 10,5 % du marché contre 9 % voilà un an. Volkswagen, en revanche, maintient tout juste ses positions, à 22,6 %. Et Fiat, pénalisé par le repli de 15,7 % du marché italien, perd 2 points, à 7,7 %. Les temps sont durs également pour les deux constructeurs américains, puisque Ford passe de 10 % à 9,4 % du marché tandis que General Motors perd 1,2 point, à 8,3 %. À noter, en revanche, que les deux spécialistes allemands des berlines de luxe, BMW et Mercedes, dont les ventes patinaient ces derniers mois, redressent tout les deux la tête en avril. BMW voit notamment ses ventes progresser de 13,1 %. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :