Peter ScherrerSecrétaire général de la Fédération européenne...

 |   |  247  mots
Peter ScherrerSecrétaire général de la Fédération européenne des métallurgistes.Les immatriculations semblent repartir à la hausse. Pour vous, le secteur reste néanmoins en crise ? Nous allons traverser une période critique dans les années à venir. Le marché n'est pas porteur. Il y a des surcapacités. Nous allons perdre des emplois. Quand les primes à la casse vont cesser, nous pourrions faire face à de nouvelles faillites. Si les dirigeants nationaux continuent à raisonner en fonction de leurs échéances électorales, nous risquons à nouveau, comme en 2008-2009, de manquer totalement de coordination européenne. Or, que cela soit clair : le traitement national de la crise, tel qu'on l'a connu, met en péril la survie de l'industrie automobile européenne.Que recommandez-vous ? J'ai demandé à José Manuel Barroso, le président de la Commission, la création d'une sorte de conseil européen de l'automobile pour clarifier la contribution de chaque État membre au secteur et avoir une vraie stratégie de restructuration. Sur Opel, il aurait fallu que chaque pays dise ce qu'il était prêt à faire. Faute de coordination préalable, on en arrive ensuite à aller se plaindre chez la commissaire à la Concurrence Neelie Kroes. Ce n'est pas la bonne solution.José Manuel Barroso vous a-t-il répondu ? Pas encore. Je ne sais pas si je recevrai jamais une réponse.Propos recueillis par F. A.Le traitement national de la crise menace la survie de l'industrie auto européenne.flashinterview

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :