Divorce au Medef

 |   |  158  mots
La menace planait depuis quelques jours. Hier jeudi, par 18 voix contre 12, le conseil d'administration de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania) a décidé de ne pas renouveler son adhésion au Medef. Une majorité s'est, en effet, dégagée pour estimer que le rapport « qualité-coût » des 623.000 euros versés annuellement par l'Ania au Medef n'était pas suffisant. Et qu'il valait mieux faire cavalier seul sur l'essentiel des dossiers.Le calendrier n'est pas des plus heureux pour Laurence Parisot, la présidente du Medef, qui sollicitera un second mandat de trois ans à l'été 2010. Car avec le départ de cette fédération ? la 11e en termes de cotisations ? , elle perd aussi le soutien de Jean-René Buisson, le président de l'Ania, qui avait largement contribué à sa victoire en 2005. Face à cette défection, Laurence Parisot en appelait, hier, à l'unité patronale « en période de crise ».page 7 et éditorial page 9l'agroalimentaire quitte l'organisation patronale

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :