spectaclesLa mélodie du malheurElles sont deux. Deux femmes ...

 |   |  338  mots
ectaclesLa mélodie du malheurElles sont deux. Deux femmes qui, par amour, vont se sacrifier pour l'homme qu'elles admirent. Dans « Maison de poupée » et « Rosmersholm », Henrik Ibsen décrit des couples piégés par les illusions du bonheur, son conformisme. Avec une volonté presque névrotique d'être heureux malgré tout. Comme la société l'impose. Ces deux ?uvres sont présentées en miroir et en alternance à la Colline. Un théâtre de l'échec où les hommes sont montrés dans toute leur veulerie. La femme n'existe qu'en tant que représentation physique d'une morale. Effacée et soumise. Ibsen fait voler cette morale bourgeoise en éclats, n'en laisse paraître que les traces sanglantes. Les faux-semblants. Dans une mise en scène d'une acuité exceptionnelle, Stéphane Braunschweig ne garde que l'essence du réel, comme un voile qui révèle les êtres et les consciences. Proche des corps et des âmes liés par une même force destructrice. Cette beauté-là nous fascine. Comme nous fascine celle du jeu des comédiens : Maud Le Grevellec, Chloé Réjon, Éric Caruso, Claude Duparfait et Philippe Girard. J.-L. P.« Maison de poupée » et « Rosmersholm », Théâtre La Colline. Tél. : 01.44.62.52.52. Jusqu'au 16 janv.Nin-Miller, une passion incandescentePour son deuxième roman, « Vie érotique », Delphine de Malherbe s'était plongée dans la lecture du journal intime d'Anaïs Nin, qui détaille entre autres sa relation intellectuelle et charnelle avec l'écrivain Henry Miller. L'auteur adapte aujourd'hui cette histoire sur les planches en mettant en scène Évelyne Bouix, sensuelle et mutine, face au charismatique Laurent Grévill. L'occasion d'un huis clos passionnant, quasi hypnotique, ponctué par les rythmes jazzy de Billie Holiday et la projection d'une vidéo fictive d'Anaïs Nin qui se livre sans tabou face à la caméra. La force de Delphine de Malherbe, c'est son écriture d'une précision d'orfèvre et d'une lucidité implacable. Chloé Thibault« Une passion », Théâtre Marigny. Tél. : 01.53.96.70.20. Jusqu'au 3 janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :