La place parisienne plombée par les valeurs bancaires

 |   |  339  mots
Simplement baissière dans un premier temps, la séance de lundi a littéralement viré au cauchemar sur les places financières. Déjà malmenées depuis le début de la journée en raison de rumeurs entourant une éventuelle restructuration de la dette grecque, les valeurs bancaires ont plongé dans l'après-midi. Plusieurs raisons à cela. En premier lieu, la dégradation par Moody's de la note des banques irlandaises. Ensuite, la publication des résultats de Citigroup dont les bénéfices ont chuté de 32 % au premier trimestre. Enfin et surtout, l'abaissement par Standard and Poor's de la perspective des États-Unis. Dans sa chute, le secteur financier (banques et assurances), qui pèse 18 % de l'indice parisien, a emporté le marché dans sa chute. Le CAC 40, qui a perdu jusqu'à 2,74 % en séance, est repassé sous le seuil des 3.900 points, terminant sur une baisse de 2,35 % à 3.881,24 points. À ce niveau de valorisation, l'indice parisien opère un retour en arrière d'un peu plus d'un mois. Précisément, il revient un peu au-dessus de son niveau de clôture du 11 mars (3.878 points), jour où le Japon a été frappé par un séisme et un tsunami. Bien entendu, les valeurs bancaires ont terminé en forte baisse. La « palme » est revenue à Axa, qui après avoir cédé jusqu'à 6,76 % en séance a conclu sur une baisse de 5,74 %, soit la plus forte du CAC 40. Crédit Agricolegricole n'était pas très loin avec un recul de 4,89 %. Société Généralecute; Générale a terminé sur une baisse de 3,88 %, Natixis de 3,84 % et BNP Paribas de 2,82 %. Sur un autre thème, Veolia Environnement a été également malmené après l'annonce de deux crédits syndiqués de 3 milliards d'euros. Le titre a fini la séance en baisse de 3,04 %. Dans ces conditions, aucune valeur n'a terminé la séance dans le vert. Le plus faible recul a été concédé par Technip (- 0,30 %). Le groupe parapétrolier a été suivi de près par Publicis (- 0,84 %). G. V.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :