Comment réduire les déficits sans tuer la croissance

L'endettement public atteint des records historiques dans de nombreux pays, ce qui n'est pas viable », a mis en garde jeudi le chef économiste de l'OCDE Pier Carlo Padoan. Rien de très surprenant jusqu'ici. Sauf que la mise en garde est cette fois accompagnée d'un long mode d'emploi. L'OCDE consacre dans son dernier rapport sur les perspectives économiques un long chapitre à la question de l'assainissement budgétaire. Le constat n'est guère réjouissant. « Des choix difficiles sont à faire », explique en préambule l'OCDE. Une simple stabilisation de l'endettement des pays riches à horizon 2025 - mesuré par le ratio dette sur PIB - exigerait une amélioration des soldes budgétaires de 5 points de PIB. Les États-Unis ou le Japon devront même consentir des efforts de l'ordre de 8%. Mais cet effort déjà notable permettrait au mieux de maintenir les déficits publics de l'OCDE à 110 % du PIB. Un retour aux niveaux d'endettement prévalant avant la crise - de l'ordre de 60% du PIB - d'ici 2025 exigerait des efforts considérables. Il faudrait pour cela que les pays de l'OCDE améliorent leurs soldes budgétaires primaires - avant service de la dette - de 9 à 11 points de PIB ! Le problème est qu'une réduction trop rapide des déficits publics n'est pas sans conséquence sur l'activité. L'OCDE estime qu'une baisse d'un point des déficits publics ampute la croissance d'un demi à un point de PIB. Taxer les biens immobiliersCompte tenu des efforts à consentir, l'OCDE préconise de les répartir « du côté des recettes comme du côté des dépenses ». S'agissant des hausses d'impôts, l'OCDE estime qu'elles devraient « viser essentiellement les éléments de la fiscalité qui ont une moindre incidence sur la croissance, comme les impôts sur les biens immobiliers et les taxes générales sur la consommation ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.