Le déficit budgétaire 2010 attendu à 149 milliards

 |   |  349  mots
Même s'il ne comprend pas le nouveau dispositif de la taxe carbone, le collectif budgétaire présenté ce mercredi en Conseil des ministres est un « gros morceau ». D'une part, il va préciser l'impact sur les finances publiques des 35 milliards d'euros d'investissements d'avenir. Sur ce total, 22 milliards seront levés sur les marchés. Le reliquat est financé par les remboursements des aides versées aux banques. D'après Lesechos.fr, le déficit budgétaire pour 2010 devrait ressortir à 149,2 milliards d'euros. un nouveau recordCe montant ? un nouveau record après les 138 milliards de 2009 ? s'expliquerait d'un côté par les 35 milliards que l'État va devoir décaisser cette année en direction des acteurs chargés de financer les investissements, mais en sens inverse traduirait de meilleures rentrées fiscales du fait du relèvement de la prévision de croissance pour 2010 (1,4 % au lieu de 0,75 %). Pour ce qui est du déficit public, il ressortirait à 8,2 % du PIB au lieu de 8,5 % dans les précédentes prévisions et après 7,9 % en 2009. Si les investissements d'avenir ne dégradent pas plus les comptes publics, c'est en raison du choix défendu par le gouvernement de faire en sorte que 60 % de ces fonds soient investis de manière à ne pas peser sur le déficit public tel qu'il est calculé au niveau européen, via des dotations en capital, des prises de participation ou des prêts. Nicolas Sarkozy avait annoncé en décembre que les 35 milliards seraient répartis entre l'enseignement supérieur et la formation (11 milliards, dont 8 pour la création d'une dizaine de « campus d'excellence »), la recherche (8 milliards), l'industrie et les PME (6,5 milliards), le numérique (4,5 milliards) et le développement durable (5 milliards). Il reviendra au Commissariat général à l'investissement, piloté par René Ricol, de mettre en place le dispositif et d'assurer l'évaluation ex ante et ex post des projets.Ce collectif budgétaire pour 2010 comprendra également la taxe de 50 % sur les bonus de plus de 27.500 euros versés en 2010 par les banques aux traders. Cette taxe devrait rapporter environ 360 millions d'euros. Anne Eveno

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :