Chypre voit une lueur au bout du tunnel, ses réserves de gaz naturel

 |   |  515  mots
Blanchiment d\'argent sale, régulation laxiste, paradis fiscal... les accusations fusent à l\'encontre de Chypre depuis quelques jours. Un coup dur pour la petite île méditerranéenne, qui avait clairement axé son modèle économique sur le secteur bancaire. Le gaz naturel, et plus largement d\'éventuelles autres ressources naturelles, pourraient-ils devenir la \"lueur au bout du tunnel\" pour les Chypriotes ?C\'est en tous cas ce que laisse envisager la proposition d\'aide adressée par la banque russe Gazprombank, créée au début des années 1990 par le géant gazier public russe Gazprom pour fournir des services financiers à l\'industrie gazière. L\'établissement financier, ainsi détenu à 41% par Gazprom, aurait proposé de soutenir financièrement Chypre selon le quotidien russe Vedomosti, qui cite une source interne à la banque. Le montant de ce soutien reste pour l\'heure inconnu. Mais, interrogée par le journal russe, l\'économiste Julia Tsepliaeva de BNP Paribas a estimé qu\'à elle seule Gazprombank ne pouvait fournir à Chypre qu\'un crédit maximum de trois milliards de dollars au vu de son capital et de la réglementation.\"Une rente non négligeable\"La proposition met en tous cas en lumière l\'importance des ressources gazières de l\'île. \"Cela confirme le fait que sur le plan macroéconomique, le gaz représente une rente non négligeable\", remarque de son côté Alexandre Vincent, lui aussi économiste chez BNP Paribas. Il augure même une possible nouvelle réflexion au sujet du modèle économique chypriote suite à la crise financière que le pays traverse ces derniers mois. \"Peut-être vont-ils opérer un repositionnement de leur économie sur le gaz ?\", s\'interroge-t-il. \"Mais j\'ignore si cela sera suffisant\", tempère-t-il. Le volume réel de ses réserves n\'est en effet pour l\'instant pas encore scientifiquement évalué. Il faudra patienter jusqu\'à cet automne pour que de nouveaux forages soient effectués en eaux profondes. Surtout, il va falloir un peu de temps. Les analystes les plus optimistes penchent pour un début d\'exploitation des ressources gazières chypriote au plus tôt en 2017, d\'autres évoquent même 2020. A court terme, donc, Nicosie doit trouver d\'autres solutions.C\'est ce à quoi s\'attelle le gouvernement de Chypre. Ce mardi, le ministre des Finances Michalis Sarris est attendu à Moscou. Les médias moscovites affirment qu\'il pourrait y négocier un nouveau prêt russe. Il n\'est pas improbable qu\'en contrepartie d\'une aide financière, les Russes exigent des garanties quant à l\'exploitation future de gisements naturels gaziers au large de l\'île.Gazprom lorgnait sur le gaz chypriote dès 2012Cette demande n\'est pas nouvelle. L\'an dernier, Gazprombank avait participé, avec le groupe gazier russe Novatek et le pétrolier français Total, à un appel d\'offres pour l\'exploitation de ces ressources en hydrocarbures offshore de Chypre. Mais les négociations avaient échoué. Cette fois, le groupe revient en position de force. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :