« Les conservateurs sont presque inexistants en Écosse »

 |   |  199  mots
Michael Fry, historien et commentateur politique (*) Les travaillistes peuvent-ils conserver leurs 38 sièges écossais ?Les travaillistes devraient se maintenir, en perdant peut-être un ou deux sièges. Le parti reste très profondément ancré localement. L'es conservateurs devraient être une alternative, mais ils sont quasi inexistants en Écosse depuis les années Thatcher. Celle-ci s'était opposée à l'autonomie écossaise, ce qui a fait de son parti, un parti anti-patriotique pour tous les écossais. La droite est complètement absente ici. Cela reste pour elle un profond échec.Et les indépendantistes du SNP, qui sont au pouvoir au gouvernement écossais ?Ce sont deux situations différentes. Les indépendantistes restent handicapés pour des élections au Parlement de Westminster. La politique britannique est une chose, la vie politique en Écosse en est une autre. Le SNP peut l'emporter au Parlement écossais, mais pas à Westminster. Pourquoi pas ?La crise financière est passée par là. Le gouvernement écossais ne peut pas en être considéré comme responsable, mais la déconfiture des banques écossaises affaiblit son argumentaire en faveur de l'indépendance.Propos recueillis par Éric Albert, à Londres(*) À notamment écrit : « Edinburgh, a History of the City ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :