WikiLeaks : Assange demande à Obama d'arrêter "la chasse aux sorcières"

 |   |  288  mots
« Je demande au président Obama de prendre la bonne décision : les Etats-Unis doivent renoncer à la chasse aux sorcières lancée contre WikiLeaks » a déclaré Julian Assange, le fondateur du site Web lanceur d\'alerte, dimanche, lors d\'une courte allocution très attendue, du balcon de l\'ambassade d\'Equateur à Londres où il est réfugié depuis le 19 juin (voir la vidéo en anglais). L\'ancien \"hacker\" australien est menacé d\'arrestation sur le sol britannique à la suite d\'une demande d\'extradition de la justice suédoise, qui le poursuit pour deux affaires de viol et d\'agression sexuelle. L\'Equateur a annoncé jeudi 16 août qu\'il lui accordait l\'asile politique.Dissoudre l\'enquête du FBI et libérer Bradley Manning« WikiLeaks est sous le coup de menaces, tout comme la liberté d\'expression et la santé de l\'ensemble de nos sociétés » a déclaré Julian Assange, ses cheveux blonds coupés courts, en chemise bleue et cravate bordeaux. Des centaines de personnes, curieux et sympathisants, étaient venus l\'écouter devant l\'ambassade, surveillée par une cinquantaine de policiers britanniques. Dans son discours de 10 minutes, il a également appelé les Etats-Unis à « dissoudre l\'enquête du FBI » et à s\'engager à ne pas poursuivre les journalistes qui « braquent la lumière sur les riches et les puissants. » Sur le sol américain, Assange risque la peine de mort dans le cadre de la loi antiterroriste. « La guerre des Etats-Unis contre les lanceurs d\'alerte (« whistleblowers ») doit cesser » a poursuivi Assange, appelant à la libération de Bradley Manning, ce soldat américain accusé d\'avoir transmis à WikiLeaks différents documents militaires classés secret défense.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :