Solar Impulse catalyse l'innovation

Le 9 avril dernier, six ans après le lancement de l'aventure, le prototype HB-SIA a volé pour la première fois dans le ciel suisse. Deux heures d'émotions pour André Borschberg, PDG de Solar Impulse et une belle récompense pour l'équipe et les partenaires de ce projet complètement fou : inventer un avion solaire, capable de faire le tour du monde sans escale. Malgré ses 63 mètres d'envergure, le HB-SIA est cinq fois plus léger qu'un planeur et entend démontrer qu'il est possible d'imaginer un appareil aéronautique capable de voler, si ce n'est sans aucun carburant, du moins quasiment sans carburant. « Solar Impulse est autant un projet aéronautique qu'un laboratoire d'innovations sur les économies d'énergie. Même si, tout comme la traversée de l'Atlantique par Lindberg en 1927, ce projet n'est qu'un premier pas », explique André Borschberg. En attendant, depuis le démarrage du projet, les différents partenaires ont déjà mis en application des innovations issues des travaux de R&D liés au projet. C'est par exemple le cas Dassault Aviation. Les recherches menées sur les simulations de vol Solar Impulse (dont les dimensions sont celle d'un Airbus A380 avec les spécificités techniques d'une aile Delta) lui ont ainsi permis de réduire de 30 % la consommation de son dernier avion. Idem pour le chimiste Solvay, dont une équipe d'ingénieurs travaille sur les matériaux du futur et les applications à potentiel. Sur la cinquantaine de projets issus de ces réflexions, une quinzaine de solutions ont d'ores et déjà été intégrées au prototype HB-SIA. L'arrivée de Bayer MaterialScience devrait permettre d'aller encore plus loin grâce aux recherches menées par la société sur les nanomatériaux notamment. L'été prochain, un essai en vol de 36 heures devrait permettre de conforter les premiers résultats des tests et de lancer la conception d'un deuxième avion. « Nous continuons les tests sur simulateur en parallèle pour identifier les points à améliorer encore, comme les batteries, explique le PDG de Solar Impulse. Notre objectif : un premier vol de longue durée en 2013, pourquoi pas entre New-York et Le Bourget... » D'ici là, les deux pilotes et dirigeants du projet, André Borschberg et Bertrand Piccard (déjà auteur du premier tour du monde en ballon sans escale) entendent faire parler de Solar Impulse pour promouvoir leur credo : « Inutile d'attendre la fin des énergies fossiles. Nous pouvons déjà beaucoup faire aujourd'hui grâce à la recherche et à l'innovation.»Béatrice Delamotte

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.