EADS : la France est-elle prête à baisser pavillon devant l'Allemagne ?

Si l\'on en croit le journal économique \"Handelsblatt\", Paris, Berlin et Madrid devraient aboutir à un accord fin novembre concernant l\'actionnariat du groupe aéronautique et de défense EADS, qui verrait les parts des gouvernements allemands et français s\'établir à un niveau de 12 % chacun. Selon le journal, qui cite des sources \"proches des négociations\", l\'Etat allemand prévoit de porter prochainement sa participation dans EADS à 12 %, contre aucune participation directe à ce jour, tandis que la France réduirait la sienne de 15 % à 12 %. La participation de l\'Espagne resterait à un niveau inchangé, soit 5,5 % du capital du groupe. Au total, la part des Etats dans EADS ne devrait plus excéder 30 %, faisant chuter nettement leur poids. \"Les négociations entre les trois pays doivent être conclues fin novembre\", a précisé le journal.Des questions en suspensLa conclusion de ces négociations, si les informations du quotidien économique allemand se révélaient exactes, poserait une fois encore le problème du déséquilibre dans l\'influence du couple franco-allemand dans EADS : la France accepte la plupart des exigences de l\'Allemagne. Plus de dix ans après la création d\'EADS (fusion Aerospatiale-Matra avec Dasa à parité), qui a vu la France faire un très beau cadeau politique à l\'Allemagne en bradant ses intérêts industriels (Aerospatiale), Paris serait-il en train de tendre l\'autre joue ? Le gouvernement français fera-t-il ce geste en faveur de l\'Allemagne avec des contreparties significatives ?Montée en puissance de l\'Etat allemand dans EADSEn outre, selon le \"Handelsblatt\", à l\'avenir, les décisions devront être prise dans un \"processus transparent\", c\'est-à-dire validées par le conseil d\'administration et l\'assemblée annuelle des actionnaires, et ainsi éviter \"les magouilles\" en sous-main. Mais cette volonté risque d\'être contrariée par les politiques, écrit le quotidien, qui rappelle que Berlin a déjà fait savoir qu\'il ne voulait pas abandonner son pouvoir d\'influence sur les décisions d\'investissement. Actuellement, la France détient 15 % des parts d\'EADS, tandis que le groupe Lagardère en détient 7,5 %, qui souhaite vendre en 2013. En Allemagne, 15 % des parts du groupe aéronautique sont détenues par le constructeur automobile Daimler, qui veut se désengager d\'ici à la fin de l\'année, et 7,5 % par un consortium public-privé, Dedalus.Daimler veut vendreBerlin veut accélérer le rachat prévu de la moitié des parts de Daimler dans EADS pour éviter une vente sur le marché libre qui romprait l\'équilibre franco-allemand dans le groupe. Le ministère allemand des Finances a récemment demandé dans une lettre à la commission parlementaire du budget d\'autoriser le déblocage de 1,6 milliard d\'euros pour que la banque publique KfW, le bras financier du gouvernement fédéral, puisse racheter ces parts. Au total, en ajoutant le rachat prévu de 4,5 % des 7,5 % du capital d\'EADS détenu par Dedalus, l\'Etat allemand pourrait débourser quelque 3 milliards d\'euros pour garder cet équilibre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.