Dexia en ordre de bataille pour le plan stratégique 2014

 |   |  264  mots
Parachuté il y a deux ans à la tête de Dexia, son administrateur délégué Pierre Mariani veut maintenant donner une nouvelle impulsion à la banque. En octobre, il dévoilait le plan stratégique de Dexia à horizon 2014 et mettait le cap sur la banque de détail, en particulier en Turquie. Depuis la semaine dernière, la direction de Dexia est en ordre de bataille pour mettre en oeuvre ses nouveaux objectifs. Le 17 décembre, le conseil d'administration a en effet approuvé l'élargissement du comité de direction. En mode « crise » depuis deux ans, l'état-major était resserré autour de Pierre Mariani, Stefaan Decraene (banque de détail et commerciale), Pascal Poupelle (Public and Wholesale Banking), Claude Piret (directeur du risque) et Philippe Rucheton (directeur financier). Signe de la volonté du groupe de miser sur le dynamisme du marché turc, le directeur général de DenizBank, Hakan Ates intègre le comité de direction. Du côté du financement des collectivités locales, après plus de vingt-cinq ans dans le groupe Société Généralecute; Générale, Alain Clot remplace Pascal Poupelle, qui quitte le groupe, après avoir amorcé la transformation de Dexia Crédit Local de France. Quant au lourd héritage du passé (notamment les portefeuilles en extinction), il est placé sous la direction d'Alexandre Joly, inspecteur des finances âgé de 39 ans et fidèle de Pierre Mariani. André Vanden Camp, chargé des projets d'industrialisation et d'optimisation, Marc Croonen, responsable des ressources humaines, et Olivier Van Herstraeten, le directeur juridique rejoignent également le comité de direction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :