Perquisitions du gendarme de la concurrence chez France Télécom

 |   |  331  mots
Près d'une trentaine d'enquêteurs de l'Autorité de la concurrence, accompagnés d'officiers de la police judiciaire, ont, selon nos informations, perquisitionné le 9 décembre chez France Télécome;lécom, dans le cadre de la plainte déposée en août par SFR contre des pratiques anticoncurrentielles dans la téléphonie mobile aux entreprises. Cette « descente coordonnée et simultanée » qui aura duré dix-huit heures, a eu lieu sur quatre sites, dont le siège d'Orange France à Arcueil, celui d'Orange Business Services à Saint-Denis et celui du groupe, place d'Alleray à Paris, jusque dans le bureau de Stéphane Richard, le directeur général. France Télécome;lécom confirme cette visite qui a suscité un certain émoi chez ses salariés. L'Autorité de la concurrence n'a pas souhaité faire de commentaire.À la recherche d'indices de la stratégie de l'entreprise révélant des pratiques d'éviction, notamment « des ristournes trop importantes accordées aux grands comptes », décrypte une source bien informée, les enquêteurs ont procédé à des saisies importantes de documents papiers et informatiques. Cette visite qui tenait « de la démonstration de force » avait aussi pour but d'« envoyer un signal à l'entreprise », selon des proches du dossier.Sur le marché français de la téléphonie mobile en entreprises, évalué à 3 milliards d'euros, SFR dispose d'une position comparable à celle qu'il a dans le grand public, autour de 34 %, quand celle de France Télécome;lécom serait de 55 %, contre 42,5 % dans le grand public, le solde revenant à Bouygues Telecom, encore petit auprès des professionnels. Ce dernier avait déposé une plainte similaire devant le gendarme de la concurrence pour abus de position dominante contre France Télécome;lécom en 2008.Les sages de la rue de l'Échelle mettront sans doute plusieurs mois à éplucher tous les documents saisis avant d'aboutir à une éventuelle notification de grief. La décision finale n'est pas attendue avant dix à douze mois. Delphine Cuny

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :