L'Irlande bien décidée à revenir définitivement sur le marché obligataire en 2013

2 mn

L\'Irlande envisage de revenir définitivement sur les marchés obligataires dans la deuxième moitié de l\'année 2013, mais elle a besoin d\'une aide pour alléger la dette de ses banques afin d\'assurer sa sortie du plan de sauvetage international, a annoncé le Premier ministre, Enda Kenny. S\'exprimant quelques jours avant que l\'Irlande prenne la présidence de l\'Union européenne -le 1er janvier-, ce dernier espère obtenir un assouplissement des conditions de remboursement des billets à ordre (\"promissory notes\"), que Dublin avait principalement injecté dans Anglo Irish Bank, avant la date limite de remboursement en mars.L\'Irlande serait le premier pays européen à s\'affranchir de son plan de sauvetage\"Nous espérons être le premier pays à s\'affranchir [d\'un plan de sauvetage] en 2013 mais le niveau d\'aide promis à l\'Irlande doit nécessairement être maintenu\", a déclaré Enda Kenny lors d\'un entretien mercredi soir. La priorité de Dublin est de modifier les difficiles conditions de remboursement des billets à ordre et de bénéficier rétrospectivement d\'un projet autorisant les fonds de secours de la zone euro à recapitaliser les banques présentant un haut niveau de risques.Engagements européensLes dirigeants de la zone euro sont parvenus à un accord au mois de juin visant à améliorer les conditions de remboursement des banques ayant bénéficié du plan d\'aide. Cela a eu comme conséquence une forte baisse du rendement des obligations et a fait de l\'Irlande le premier pays de la zone euro bénéficiaire d\'un plan de sauvetage à se financer à nouveau auprès des marchés sur du long terme. Le Fonds monétaire international (FMI) a prévenu cette semaine qu\'un retour durable de Dublin sur les marchés était corrélé au respect des engagements pris par l\'Europe.Perspectives budgétairesDans son dernier rapport semestriel, le ministère des finances a revu à la baisse les perspectives de croissance du pays pour les trois prochaines années. L’économie irlandaise devrait croître à un rythme de 0,9% cette année, 1,5% en 2013, 2,5% en 2014 et 2,9% en 2015. L\'Europe et le FMI s’attendent quand à eux, à une croissance de 1,1% l’année prochaine. Les 8,6 milliards d\'euros d’économies prévus sur la période (3,5 milliards en 2013, 3,1 milliards en 2014 et 2 milliards en 2015) devraient permettre de ramener le déficit budgétaire à 8,3% du PIB cette année et 7,5 % en 2013. Si les intérêts sur les Promissory notes n’étaient pas payés, cela ramènerait le déficit 2013 à 6,4% du PIB.Retour sur le marché de la detteDublin a déjà fait son retour sur les marchés de capitaux au cours des derniers mois. Petit à petit, l\'agence de la dette irlandaise regagne la confiance des marchés. Elle a émis de la dette à très court terme à plusieurs reprises et cet été, elle a même procédé à ses premières émissions d\'obligations de maturité longue (5 et 8 ans, en partie par un échange de titres) depuis septembre 2010.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.