une abstention légèrement moins forte

 |   |  350  mots
L'abstention devait se situer dimanche entre 49 % et 49,5 % pour le second tour des élections régionales, selon les estimations des instituts TNS-Sofres et Opinionway. Soit une baisse d'environ 4 points par rapport au au premier tour, dimanche dernier. Une abstention qui s'était élevée à 53,6 %, ce qui constituait un record pour une élection régionale. Le record absolu d'abstention concerne toutefois les élections européennes de 2009, avec un taux de 59,4 %. Les électeurs se sont donc un peu plus mobilisés que pour le premier tour. Ont-ils été sensibles aux appels de la majorité, ou bien ont-ils souhaité donner un coup de pouce à la réélection des majorités sortantes de gauche ? Toute la semaine, en tout cas, les leaders de la majorité comme de la gauche se sont relayés pour convaincre les électeurs de se déplacer pour glisser un bulletin dans l'urne. Pour la majorité, François Fillon a été des plus actifs, estimant que les raisons de l'abstention au premier tour étaient « liées à l'absence de visibilité de l'institution régionale dans son ensemble », les électeurs ne voyant pas « quel est l'enjeu vital » lors des élections régionales. Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, s'est de son côté déclaré convaincu que l'abstention du premier tour était « l'expression d'une attente et d'une incompréhension » des électeurs vis-à-vis de ce que peut faire la région pour eux, et non pas celle d'un « mécontentement ».À gauche, les arguments ont bien sûr été d'une tout autre nature. « Ce deuxième tour est décisif pour les Français. Le premier tour a marqué une très grande avance pour la gauche mais aussi une très grande abstention. Nicolas Sarkozy et François Fillon ne veulent pas entendre ce que disent les Français. Il faut donc que, dimanche, le message soit renforcé pour que Nicolas Sarkozy change de politique », a lancé, jeudi dernier, Martine Aubry depuis un café parisien.La mobilisation reste toutefois très faible. Beaucoup plus en tout cas que celle du second tour de 2004 : l'abstention s'était alors située à 34,3 %. S. T.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :