Hachette claque la porte du Syndicat de l'édition

 |   |  233  mots
Lundi, le Syndicat national de l'édition (SNE), tout comme Alain Kouck, président d'Editis, répondaient aux abonnés absents. Pourtant, la polémique sur l'élection du président du SNE est repartie de plus belle comme nous le laissions entendre dans notre édition datée du 22 mars. Hachette Livre, premier groupe d'édition en France, a annoncé lundi quitter temporairement le Bureau du Syndicat national de l'édition (SNE) contestant les modalités de l'élection d'Alain Kouck, PDG d'Editis (n°2 de l'édition), à la présidence de l'organisation professionnelle. Vendredi, « Livres Hebdo » avait indiqué qu'Alain Kouck « avait été élu à l'unanimité pour remplacer Serge Eyrolles à la présidence du SNE » lors d'un vote du Bureau, organe exécutif du SNE, le 17 mars. Totalement faux, écrit dans un communiqué, deux jours plus tard Hachette Livre qui n'hésite pas à dénoncer « le désordre créé par ce coup de force, tel qu'aujourd'hui, le SNE n'a pas de présidence légitime ». Et la filiale Livre de Lagardèrerave;re de parler « manipulations auxquelles se sont livrés certains à partir de discussions informelles du Bureau». Hachette «prend congé des instances du SNE » et « demande la convocation dans les plus brefs délais» d'une assemblée générale extraordinaire. Une réunion est prévue ce mardi au SNE. Le Salon du Livre, coorganisé par le Syndicat, est inauguré jeudi. S. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :