Fiscalité : "Il y a un niveau au-delà duquel on ne doit pas monter" (Laurent Fabius)

 |   |  267  mots
Malgré une actualité internationale chargée (Syrie, Egypte etc.), Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, prend le temps de parler d\'économie. Et plus particulièrement de fiscalité. A quelques semaines de la divulgation du projet de loi de Finances pour 2014, le niveau d\'imposition en France constitue l\'un des grands débats du moment. \"De vieilles idées\"Tout en affirmant ne pas vouloir \"mettre son grain de sel\", Laurent Fabius a cependant lancé une mise en garde lors d\'une interview ce jeudi sur BFM et RMC. \"Il faut faire attention parce qu\'il y a un niveau au-delà duquel on ne doit pas monter, ce sont de vieilles idées chez moi\", a déclaré Laurent Fabius. Lorsqu\'il était ministre de l\'Economie, de 2000 à 2002, dans le gouvernement Jospin, ce dernier défendait la même ligne. Lors de son passage à Bercy, il était même allé plus loin, en engageant un allègement fiscal pour les particuliers et les entreprises. La gauche et le \"ras-le-bol\" fiscalDans le contexte bien différent de 2013, où le gouvernement tente de réduire la dette tout en retrouvant croissance et compétitivité, des voix s\'élèvent, à gauche pour défendre la même idée. C\'est le cas notamment de Ségolène Royal qui, s\'exprimant sur BFMTV, affirmait qu\'il fallait \"stopper la dynamique de hausse des impôts\". L\'actuel ministre de l\'Economie, Pierre Moscovici, a d\'ailleurs esquissé un pas dans cette direction, en indiquant le 20 août ne pas être \"insensible au ras-le-bol fiscal\".  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :