Orangina passe sous pavillon japonais

 |   |  316  mots
groalimentaireça y est, c'est officiel ! Les fonds d'investissement Blackstone et Lion Capital, propriétaires du groupe Orangina (1,1 milliard d'euros de chiffre d'affaires) ont confirmé hier avoir reçu une offre ferme du roi japonais de la bière et des whiskys, Suntory. Le prix proposé est gardé secret mais il oscillerait autour de 2,6 milliards de dollars (1,9 milliard d'euros). Un montant très proche de celui versé par les deux fonds il y a trois ans à Cadbury. en dépit d'un redressement, entre-temps, de l'excédent brut d'exploitation. « Les transactions moins nombreuses ont entraîné une chute des prix et les perspectives en pleine crise sont sans doute moins bonnes », analyse un proche du dossier.tête de pont en europeLes négociations entre les deux parties se sont en tout cas effectuées à bureau fermé, empêchant les concurrents comme PepsiCo ou les autres fonds comme PAI de surenchérir. Selon un observateur extérieur, les vingt ans passés par le patron de Lion Capital, Javier Ferran, chez Baccardi, dont le business est très fort en Asie, ont pu lui permettre de créer des liens d'amitié avec la direction de Suntory.Le groupe nippon, à l'étroit sur son marché local, s'offre ainsi une tête de pont en Europe. Grâce aux infrastructures de production et de commercialisation d'Orangina, il pourrait y lancer ses autres marques stars en Asie, notamment les thés et boissons fonctionnelles Iyemon, Oolong Tea et Boss. Et la marque Orangina, encore confidentielle en Asie, pourrait y gagner en visibilité et notoriété. Pour le moment, le management français et tous les emplois sont préservés. En pleine phase de consolidation sur ses marchés, Suntory est aussi en cours de rapprochement avec son compatriote Kirin, numéro un des vins et spiritueux, ainsi qu'avec le néo-zélandais Frucor, ex-filiale de Danone. Sophie Lécluse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :