« À cet âge, je n'aurai jamais tous mes trimestres »

 |   |  338  mots
Né en 1956, Jean-François Lamour fait partie de la première génération censée prendre sa retraite à 62 ans, théoriquement en 2018. C'est en débattant de la réforme à l'Assemblée nationale que le député UMP a réalisé qu'il « n'avait jamais fait le point sur sa situation personnelle », explique-t-il. Une chose est sûre?: « À 62 ans, je n'aurai jamais tous mes trimestres », calcule l'ancien escrimeur de haut niveau, entré dans la vie active « assez tard ». « Même si j'ai exercé des petits boulots pendants mes études, notamment dans une fabrique de parements, je n'ai vraiment commencé à travailler qu'en 1985. Quand j'arrêterai, je serai plus proche des 65-67 ans que des 62 ans, d'autant que j'ai deux enfants qui ont 17 et 12 ans ». Même si l'ancien ministre des Sports (2002 à 2007) de Jacques Chirac ne considère pas faire partie des sacrifiés de la réforme, il admet que sa génération « stresse énormément ». Car, confie le député, « celle qui devra s'arrêter dans sept ou huit ans ne sait pas ce qu'elle aura. Si je n'ai jamais fait le point, c'est parce que, culturellement parlant, cela ne se faisait pas. Mes parents ne m'en ont jamais parlé, on n'évoquait pas le sujet dans les conversations entre amis. La priorité était de constituer un patrimoine pour ses enfants. Accumuler pour sa retraite requiert donc un changement profond des mentalités. »Poursuivre au-delà du mimimum légal n'est pas une contrainte pour Jean-François Lamour, qui avoue avoir la chance d'exercer « un métier passionnant », où il « ne compte ni les heures, ni les jours ». « En 2017, j'aurai 61 ans. Je serai - si les électeurs le veulent - à la fin de mon second mandat. Aujourd'hui, à 54 ans, je pense que je ne serai pas dans la routine, je me vois bien continuer. » Pour le moment, le député ne pense pas à l'après. Peut-être s'impliquera-t-il dans l'associatif. « Mais l'on dit qu'il y a beaucoup de retraités. La question ne me taraude pas », plaisante-t-il. Sandrine C

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :