Vers une inflation des coûts de distribution des voyages

 |   |  351  mots
tourismeLe rapprochement des réseaux Afat et Selectour, qui tenaient ce week-end leur premier congrès commun à Séville, donne naissance à un nouvel acteur de poids dans la vente de voyages. Les deux réseaux regroupent 1.150 agences et revendiquent un volume d'affaires de 2,9 milliards d'euros, soit un quart du marché français du tourisme de loisirs ou d'affaires. Ce nouveau pôle se veut une alternative aux deux autres grands réseaux d'agences en France ; ceux de TUI-Nouvelles Frontières et de Thomas Cook, tous deux à la fois distributeurs et producteurs de voyages à leur marque, qu'ils privilégient au détriment de leurs fournisseurs extérieurs. Afat et Selectour en profitent pour réclamer de meilleures commissions aux tour-opérateurs. Dès le 1er janvier, Afat et Selectour feront bénéficier l'ensemble de leurs adhérents des meilleures conditions de rétribution de chaque réseau. Les autres distributeurs de voyages, réseaux concurrents, grande distribution ou sites Internet, ne devraient pas tarder à réclamer les mêmes conditions aux tour-opérateurs, entraînant une nouvelle pression sur leurs marges, déjà éprouvées par les baisses de prix destinées à stimuler les ventes. commissions proches de 15 %Afat et Selectour ne prenant aucun engagement de performance de vente en échange d'un point supplémentaire (les commissions sont déjà proches de 15 %), leur exigence est mal acceptée par les tour-opérateurs. Pour ces derniers, le rapprochement des deux enseignes ne constitue pas un gage d'efficacité. D'autant que la puissance de vente est partagée entre 52 tour-opérateurs référencés, c'est-à-dire pratiquement 90 % de l'offre existante. Le groupe Transat a tout de même décidé de signer un contrat avec le nouveau tandem. Il espère tripler ses volumes de ventes en trois ans chez ce partenaire, en convainquant 150 agences de voyages de prendre pour enseigne sa marque Look Voyages. Sa décision a surpris ses concurrents et ouvert une brèche dans la résistance des autres tour-opérateurs aux exigences d'Afat-Selectour.Héléna Dupuyles exigences d'Afat- Selectour sont mal acceptées par les tour-opérateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :