Les déçus d'Obama sont aussi à Pittsburgh

 |   |  311  mots
Les manifestants n'ont pas attendu le début du G20, ce soir, pour brandir leurs pancartes : dès le week-end dernier, on les a vues apparaître aux quatre coins de Pittsburgh. Certaines sérieuses : « Nous voulons la justice économique », « De l'argent pour les emplois, pas pour la guerre ». D'autres humoristiques : « Le plan de sauvetage des banques était génial, dommage pour l'emploi », ou encore « Je veux bien travailler pour un simple bonus »? Le ton, en tout cas, était donné. Si, comme à l'occasion de toutes les grandes réunions internationales ? des G8 aux sommets de l'Organisation mondiale du commerce ? les « anti » font désormais partie du paysage, les manifestations au G20 de Pittsburgh auront non seulement une résonance internationale, avec des groupes tels que Peaceburgh.com ou G20 Resistance Project, mais aussi nationale. Certains syndicats ont en effet l'intention de donner de la voix ? contre le président qu'ils ont contribué à faire élire, tandis que d'autres leaders syndicaux rencontreront ceux du G20, sur le même thème, les « jobs ». Certes, Barack Obama n'avait pas prévu la crise économique ni ses effets dévastateurs sur l'emploi. Mais cela ne calme pas pour autant l'impatience grandissante des Américains moyens. Les chômeurs retrouveront-ils bientôt un poste ? Peuvent-ils espérer un jour avoir une assurance-maladie ? Autant de questions en suspens qui ternissent aujourd'hui la seule réussite de Barack Obama à l'international, celle d'avoir redoré le blason de l'Amérique. D'autant que les boys meurent toujours en Afghanistan, et, surtout, que les traders à Wall Streeet sont toujours aussi bien payés. À prendre l'opinion publique à témoin, comme Obama a su le faire dans le passé pour accélérer ses projets, il se retrouve aujourd'hui pris à son propre piège ? et face aux premiers déçus de sa présidence, ou, en tout cas, aux plus bruyants?Lysiane J. Baudu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :