Défense : la retraite pour près de 8.000 militaires

 |   |  452  mots
Un budget carré. Un budget comme les aiment d\'ailleurs les militaires, c\'est-à-dire sans aucune surprise. Surtout mauvaise comme ils en ont régulièrement l\'habitude. Tout avait été annoncé en plein cœur de l\'été quand le projet de loi de programmation militaire (LPM), qui fléchait les montants des prochains budgets de la défense sur les six prochaines années (2014-2019), avait été présenté en conseil des ministres.Ce que retiendront pourtant les observateurs, c\'est la nouvelle forte baisse des effectifs du ministère. En 2014, \"13.123 emplois seront supprimés dans les secteurs qui ne concourent pas aux missions prioritaires, soit un taux d\'effort de 2,3 %\", indique le projet de loi qui précise que cet effort concerne \"pour 7.881 postes le ministère de la Défense\" et pour 2.564 postes le ministère des Finances.Un budget conforme à la loi de programmation militaireSi le budget de la défense 2014 est bien amputé de 1,7 % de ses crédits budgétaires (29,62 milliards d\'euros), il bénéficiera toutefois de 1,8 milliard d\'euros de recettes exceptionnelles (REX) l\'année prochaine, dont 1,5 milliard au titre du programme d\'investissement d\'avenir (PIA).Un budget en tout point conforme à ce qui avait été programmé dans le LPM. Le contraire aurait été étonnant tant le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s\'est battu pour arracher ce budget face à Bercy et à Matignon.Les paris du budget 2014Pour Jean-Yves Le Drian, qui incarne cette LPM - une force et une faiblesse - le point clé du budget 2014 est son exécution à l\'euro près face à Bercy, qui va tenter comme à son habitude de grignoter ce budget. « L\'enjeu, c\'est la sincérité », avait-il récemment expliqué. Toute la communauté de défense a également cette exigence. Les industriels - tout comme les armées - veulent un budget, et au-delà une LPM, exécuté dans sa totalité en dépit de certains paris plus ou moins difficiles.C\'est notamment le cas des fameuses REX (6,1 milliards sur six ans, dont 1,77 milliard en 2014). Pour autant, le ministère de la Défense a travaillé sur plusieurs scénarios qui devraient mettre à l\'abri son budget de mauvaises surprises. C\'est aussi le cas des économies sur la masse salariale (4,4 milliards d\'euros à l\'issue de la LPM).En 2014, les efforts d\'économies reposent notamment sur une maîtrise de la masse salariale, qui diminuera de près de 170 millions d\'euros entre 2013 et 2014, grâce aux baisses d\'effectifs (7.881 suppressions de postes) , à l\'encadrement des mesures catégorielles mais aussi aux actions sur le pilotage de la structure de la dépense de personnel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :