La stratégie française de recherche examinée à la loupe

 |   |  183  mots
Concomitamment à la réorganisation du CNRS, de grandes alliances thématiques ont été créées. Ces alliances visent à coordonner les grandes priorités du pays telles que définies par la stratégie nationale de recherche et d'innovation (SNRI). D'avril 2009 à juin 2010, cinq alliances ont vu le jour sur les sciences de la vie, l'énergie, le numérique, l'environnement et les sciences humaines (Aviesan, Ancre, Allistene, AllEnvie et Athana). Des actions communes ont déjà émergé (réponses aux appels à projet nationaux et européens). Mardi, l'observatoire parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a auditionné leurs directions afin de dresser un premier bilan. « J'ai été surpris de leur motivation et de leur implication », salue le député UMP Claude Birraux, président de l'OPECST, qui transmettra ses conclusions début 2011. Celles-ci devraient demander l'éclaircissement de certains points. « Ces actions communes se font à budget constant et les circuits financiers ne sont pas clairs », résume Claude Birraux, selon qui les récentes initiatves (pôles de recherche, grand emrpunt...) font peser un risque d'éclatement sur le paysage. C. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :