En bref

 |   |  365  mots
STRONG>Démission du Premier ministre tunisien Le Premier ministre tunisien Mohammed Ghannouchi a annoncé dimanche sa démission à Tunis, après des journées de contestations et de violences dans la capitale tunisienne, qui ont fait au moins trois morts. « Je ne suis pas le genre de personne qui va prendre des décisions qui pourraient provoquer des victimes », a-t-il dit pour expliquer sa décision. Il avait pris les rênes d'un gouvernement de transition après l'éviction le 14 janvier du président Zine El Abidine ben Ali.L'opposition parlementaire chiite ?démissionne au Bahreïn Le groupe chiite au Parlement bahreïni a confirmé dimanche sa démission en bloc, au lendemain de l'annonce d'un remaniement ministériel que l'opposition a jugé insuffisant. Les 18 députés du parti Wefaq avaient annoncé leur démission après les violences qui ont marqué les premiers jours des manifestations populaires à Manama, exigeant la fin du régime monarchique des Al-Khalifa. La Corée du Nord menace les États-Unis ?et la Corée du Sud de « guerre totale »La Corée du Nord a menacé dimanche de mener une « guerre totale » en riposte à des manoeuvres conjointes entre les armées américaine et sud-coréenne qui doivent débuter lundi dans un climat de fortes tensions après la reprise de la propagande du Sud contre le Nord. Quelque 200.000 soldats sud-coréens et 12.800 américains vont participer aux exercices, que le Nord a qualifié de préparation à une guerre.Des intellectuels saoudiens réclament ?des réformes politiques et sociales Une centaine d'intellectuels saoudiens ont lancé un appel sur Internet pour l'instauration d'une « monarchie constitutionnelle » en Arabie saoudite, qui est une monarchie absolue, « la séparation des pouvoirs » et l'adoption d'une Constitution dans un pays qui ne dispose que d'une Loi fondamentale. Ces intellectuels affirment que les soulèvements en Tunisie et en Égypte commencent à avoir des répercussions dans l'ensemble du monde arabe.Deux morts dans le sultanat d'OmanDes affrontements entre la police et des manifestants ont fait au moins deux morts dimanche au nord de Mascate dans les premières violences de ce genre à Oman, sultanat stratégique à l'embouchure du Golfe persique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :