Apple 3e capitalisation mondiale devant Microsoft

Il n'y a pas que les ventesd'Iphones qui explosent chez Apple, pas plus que ses performances financières, trimestre après trimestre. Le cours de Bourse de la firme à la pomme a de quoi laisser rêveur et faire pâlir d'envie tous les plus grands gourous de la planète finance. À tel point qu'aujourd'hui, le groupe de Steve Jobs vaut plus que l'éditeur de logiciels Microsoft. Mercredi, en effet, Apple a dépassé d'une tête la firme de Bill Gates, totalisant 222 milliards de dollars de capitalisation boursière contre 219 milliards pour Microsoft. Pour se placer dorénavant à la troisième place mondiale derrière le chinois Petrochina et l'américain ExxonMobile.Quel parcours ! Lorsque Steve Jobs revient aux manettes d'Apple en 1997, le groupe vaut 4 dollars en Bourse. Les investisseurs ne sont guère amènes vis-à-vis de cette entreprise qu'ils considèrent peu compétitive. Petit à petit, il va redresser la barre, redonnant à sa société ce qu'elle avait perdu : un temps d'avance sur la concurrence. Spécificité qui s'est très vite concrétisée en Bourse, la valeur ne cessant de progresser au fil des ans. Le 23 avril, l'action a ainsi inscrit un record historique à... 270 dollars, affichant une hausse de... 6.650 % en l'espace de treize ans. Qui dit mieux ?Il faut dire que la firme de Steve Jobs est sur un petit nuage depuis le succès planétaire de son Iphone. Ses ventes se comptent en millions d'unités et la courbe des bénéfices suit le même rythme. La crise ? Apple ne connaît pas le mot, revoyant au contraire régulièrement à la hausse ses perspectives de chiffre d'affaires et de résultats, pour la plus grande délectation des investisseurs qui n'aiment rien moins que d'être favorablement surpris.Rien de bien surprenant, dans ces conditions, de voir le titre de la firme à la pomme caracoler dans le peloton de tête des plus grosses capitalisations mondiales. IBM et Microsoft ont, chacun leur tour, dominé le podium des géants de la high-tech avant de se faire coiffer par des petits « jeunes ». Mais Apple réussit ce que Google n'est pas parvenu à faire. Pour rester la tête dans les étoiles, le groupe ne doit pas décevoir. Apple joue gros avec l'Ipad. Il doit maintenant rassurer sur ses engagements stratégiques et les retombées bénéficiaires qui doivent en découler.Pascale Besses-Boumard

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.