Soléou distribue l'huile d'olive en emballage carton

 |   |  518  mots
ca/agroalimentaireEmbouteiller l'huile d'olive dans un contenant autre qu'une bouteille en verre, il fallait oser. Dominique Amirault, président de Soléou, l'a fait. Il aura suffi d'une rencontre avec Tetra Pak lors d'un salon professionnel pour que, peu à peu, l'idée se mette en place. Soucieux de trouver une innovation de rupture, le président de la société varoise, spécialisée dans l'élaboration de condiments et assaisonnements, se penche de plus près sur la possibilité de distribuer trois de ses huiles ? conventionnelle, bio et de colza ? dans un emballage en carton Tetra Prisma, à l'instar de ce qui se fait déjà pour le lait ou les jus de fruits.Aux yeux de Dominique Amirault, l'un des avantages de l'emballage carton, c'est une meilleure préservation du goût. Un élément essentiel pour celui qui préside depuis 2003 aux destinées de la société Soléou (« soleil » en provençal), créée en 1965, sous le nom de Soleillou. Dès son arrivée, Dominique Amirault fait de la différenciation le vecteur essentiel de développement de cette PME pour faire face à la concurrence des produits industriels. « Notre positionnement repose sur le goût. Nous voulons nous démarquer des produits industriels réservés, eux, à une consommation plus quotidienne et proposer des produits qui soient différents », explique Aurélie Mori, chargée de la communication de l'entreprise. Même si pour cela, il faut adopter une stratégie audacieuse. Pas facile de convaincre le consommateur de modifier ses habitudes. Il a donc fallu organiser des animations pour l'« éduquer. L'emballage en carton présente au moins trois avantages, résume Aurélie Mori. Il protège l'huile de la lumière, ce qui permet une meilleure conservation et donc un meilleur goût. L'emballage en carton provient du bois, qui, lui-même, provient de forêts écogérées, et il émet trois fois moins de CO2. Enfin, la présentation en contenance de 1 litre est à la fois plus légère et plus pratique que les contenances habituelles. » Si, commercialement, le pari paraissait risqué, il a tout de même permis à Soléou de remporter en juin dernier le prix Développement régional aux Grés d'or, trophées organisés par la Fédération des entreprises et entrepreneurs de France (Feef). Et à ses huiles d'être élues parmi les saveurs de l'année 2009. Des récompenses qui confortent Soléou dans sa stratégie de différenciation.Le bio a le vent en poupeAprès les huiles, le gaspacho bio a été lancé au printemps et vient lui aussi d'être désigné parmi les saveurs de l'année 2010. « Aujourd'hui, la tendance du bio se développe. Nous distribuons essentiellement en grandes et moyennes surfaces et en épiceries fines. Cela représente un marché en croissance à deux chiffres. D'où des projets d'adapter très vite le bio à d'autres familles de produits, comme la moutarde, le sel ou le vinaigre. » Soléou emploie 30 salariés et réalise un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros.Laurence Bottero, à Salerne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :